World of Noerphilie

[Staff: Forum Fermé.] Les croisades font rage ... [Staff: Forum Fermé.]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sunaï Hinara
L'Eclair Blanc
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Impassible

Feuille de personnage
Niveau:
26/50  (26/50)
Généralités:

MessageSujet: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   Mar 3 Aoû - 20:17

"Surveillez-le. Il pourrait devenir dangereux. J'attends votre rapport."

La Commandante marchait dans les rues de sa ville, Cumulus. L'île des cieux était assez calme ce jour-là ; le temps ne laissait pas le loisir de pouvoir faire une sortie agréable. Le vent arrachait des hurlements entre les batisses rendues sombres par le crépuscule et un quelconque avis de recherche passa en volant devant la jeune femme. Sunaï était l'une des rares à être encore dehors : les rues étaient silencieuses, contrairement à quelques tavernes dont le tapage se faisait entendre dans le calme de la nuit qui tombait sur l'île. La jeune femme avait laissé ses cheveux tomber autour de son visage et ceux-ci lui passaient devant les yeux à cause des bourrasques régulières. Son uniforme blanc se soulevait aussi derrière elle, laissant voir l'un de ses nombreux débardeurs moulants noirs et un short qui lui arrivait mi-cuisses, de la même couleur. Son pendentif favoris, un fleur à treize pétales constituée de nombreuses pierres précieuses, faisaient ressortir son regard vif et attentif. Sunaï dans son grand classique !
Elle entendit un corbeau croasser au loin et releva la tête. Non, finalement, ce n'était peut-être pas un corbeau, elle avait pensé à cela sûrement parce que l'objet de ses pensées était tourné vers l'un des membres de l'organisation dite "Le Corbeau"... Un membre doué, très doué d'après les rumeurs.
Sunaï tourna dans une autre rue silencieuse. L'idée qu'un membre d'un groupe de réputation indépendante puisse commencer à être préoccupant pour les autorités Neutres en disait long. Ce n'était qu'un mercenaire, non ? Durant quelques secondes, Sunaï se prit à regretter d'avoir accepté une telle mission. Néanmoins, c'était les ordres, et rien dans ses principes ne pouvaient lui interdire de faire une mission comme celle-ci. Cela pourrait la changer du quotidien.
En plus, depuis qu'elle avait reçu cette charge, Sunaï s'était renseignée sur cet individu, un certain Tyki Mikk. D'après ses renseignements, il n'avait jamais échoué aux contrats que ses clients lui avaient proposé, ou alors très rarement.
La Commandante tourna une nouvelle fois au coin d'une rue et aperçut enfin le lieu où elle se rendait : l'auberge de la bière dorée. Le mercenaire devrait s'y trouver, si ses informations étaient bonnes - et elles l'étaient, à coup sûr. Cette auberge était réputée pour ses bons propriétaires : malgré le petit confort qu'elle offrait, il y avait toujours une bonne ambiance, paraissait-il. Sunaï n'y avait mis les pieds que quelques rares fois.
La jeune femme avança de quelques pas avant de s'arrêter, la main sur la poignée de la porte. Elle pensa une enième fois à ce qu'elle allait faire. "Surveillez-le", lui avait-on dit, certes, mais rien ne lui avait été précisé sur la façon dont elle devait s'y prendre, n'est-ce pas ? Et, franchement, jouer les espions, cela était d'un ennui... ! Un espion infiltré, cela serait beaucoup plus intéressant. Avec un sourire, Sunaï appuya sur la poignée, fit pivoter la porte avant de se retrouver dans une salle de taille moyenne, apparemment réservée aux clients. Un groupe d'hommes était assis autour d'une table sur la droite, avec quelques bouteilles, et parlaient d'un air tranquille de fin de soirée.
La Commandante se dirigea vers le comptoir , derrière lequel se trouvait de nombreuses clés accrochées au mur : celles des chambres libres, probablement, puis s'y accouda nonchalement. Un homme d'une vingtaine d'années environ, un torchon sur l'épaule et une éponge dans l'autre (affairé en plein travail apparemment) lui demanda d'une voix quelque peu intimidée :

- Vous désirez une chambre, Commandante ?

Sunaï le regarda un instant. Ah, elle avait son uniforme, elle avait oublié... Tant pis, cela serait justement plus facile.

- Non, pas ce soir... (Ni aucun autre soir d'ailleurs, elle préférait largement ses appartements à ce petit bled miteux.) J'aimerais simplement aller attendre une... connaissance, qui a pris place dans votre auberge.

- Oh, mais... nous donnons les clés aux clients, si votre ami n'est pas encore rentré pour la nuit, je ne peux...

- Oh, mais bien sûr, coupa Sunaï, soudain très sérieuse, tout comme il est évident que vous possédez des doubles de clé en cas d'urgence, n'est-ce pas ? Mon "ami" s'appelle Tyki Mikk, et je sais qu'il est chez vous depuis quelques jours. Indiquez-moi la chambre, si vous voudrez bien.

A vrai dire, son ton ne laissait pas vraiment place à toute contestation... Cela se vérifia très vite : le jeune homme marmonna quelque chose pour lui-même puis se retourna farfouiller dans un tiroir pour enfin lui tendre une vieille clé. "Chambre 45, troisième étage." Sunaï attrapa la clé et lui lança un sourire faux. "Merci bien.", fut tout ce qu'elle ajouta.
Quand Sunaï se retourna pour monter dans les étages, elle nota que le groupe d'hommes qu'elle avait remarqué en entrant la regardait, intéressés. Mais cela ne fut pas ce qui l'arrêta, un main sur la poignée menant aux chambres.

- Eh bien, il a une belle prise, ce soir, ce Tyki !

Les compagnons de celui qui avait osé dire une telle chose semblèrent horrifiés et lui donnèrent un coup de pied par-dessous la table. Eux, semblaient-ils, savaient à qui ils avaient affaire. Sunaï se figea, un regard meurtrier sur le visage. Sa main refermée sur la poignée de la porte trembla, une envie grandissante d'aller lui faire la plus belle peur de sa vie afin qu'il ne lance plus de telles remarques, surtout quand cela la concernait. Tout le monde semblait retenir son souffle.
Enfin, Sunaï laissa apparaître un sourire calme sur son visage, s'avança vers la table avec une lenteur exaspérante. La Commandante attrapa une bouteille d'alcool, puis, avant que n'importe qui ne puisse réagir, l'abbattit avec force sur le crâne du malotru, qui s'écroula par terre dans une cascade de rhum. Pfff ! Et encore, ce n'était rien !

--

Assise sur une chaise, Sunaï avait les deux jambes croisées sur la vieille table en bois de la chambre tout en se balançant sur les deux pieds de la chaise. Pour compléter le tableau, elle mangeait une pomme qu'elle avait trouvée dans un vieux panier à fruit. Il faisait maintenant complètement nuit, mais elle n'avait pas allumé la lumière. Elle avait simplement laissé la porte entrouverte, de manière à ce que ce Tyki puisse être au courant qu'elle avait pénétré ici, même si cela ne devait pas être secret, l'aubergiste devrait l'avoir prévenu... En tout cas, elle attendait.
Sunaï arrêta de se balancer quand elle entendit des pas dans le couloir, des pas qui se rapprochaient de la porte. Elle avait gardé son uniforme, elle serait sûrement prise plus au sérieux. Cependant, sa position nonchalente sur la chaise devait un peu casser l'effet, à moins que cela la renforce encore plus, elle ne pouvait le dire.
Quand la porte s'ouvrit légèrement, éclairant un peu plus la pièce et qu'elle fut sûre que c'était bien son client, elle lança :

- Tyki Mikk, le Dandy ou encore le Tordu... Vous rentrez bien tard ce soir. Un mercenaire est-il si occupé ?

Avec un sourire mystérieux, elle lança la pomme à moitié mangée vers son interlocuteur.

- On dit que vous êtes le meilleur. Est-ce que vous voulez le prouver ?

De la flaterie ? Non, pas vraiment. Il faut dire que Sunaï tient toujours à réussir les missions qu'on lui donne.

_________________
"Dignité - démarche - liberté - peur - souffrance - vision - intelligence - vie - détermination - sont féminins." Et toc !

Revenir en haut Aller en bas
Tyki Joyd Mikk

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
27/50  (27/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   Mar 3 Aoû - 23:41

Cumulus , L'auberge de la Bière Dorée // 8h15

Il y a des choses qui sont fortes désagréables , pour ne citer que le sel dans le café ou bien se rendre compte qu'on a deux pantoufles gauche et pas de la même couleur . Rien à ajouter à tout cela , il était clair que la nuit dernière fut courte , je n'avais même pas la force de distinguer le sel du sucre et le pire dans cette histoire c'est que le breuvage ne m'a pas déplut dans un premier temps ... jusqu'au moment où , progressivement , mes 5 sens me revinrent et que cette mixture sans nom vienne me tirer les boyaux avec son gout âpre et sa saveur qui méritait qu'on s'en serve pour torturer un quelconque prisonnier dont on souhaiterait la mort ! Je déglutit froidement mais c'était trop insupportable , et même avec mes manières de gentleman , je ne pu me retenir d'évacuer au moyen d'un crachat tout ce fluide amère contenu dans ma bouche . Sur le sol aussi , ça avait une étrange apparence . Lentement je portais ma main vers mes cheveux que je coiffais en arrière , regardant le plafond de la petite chambre où je me trouvais ... aujourd'hui aussi sera une dure journée on dirait . Je me levais avec difficulté du lit sur lequel je me trouvais , écartant le plateau sur lequel la jolie fille de l'aubergiste m'avait servie , à vrai dire elle me portait les gâteaux tandis que je lui offrais des gâteries . Bref l'heure était venu de m'habiller , je me doucherais ce soir , lorsque mes mains seront couvertes de sang ...

Cumulus , la bibliothèque //20h27

C'est pas possible ... combien de temps mets un scientifique complétement cinglé pour obtenir les informations qu'il lui manque afin de préparer un nouveau virus mortel et mettre au point l'arme biologique parfaite en testant le tout sur des êtres humains ? Oui pour une fois je ne venais pas à la bibliothèque par plaisir , même si en effet , traquer ma proie puis la dépecer est l'un de mes grand passe temps . Dr Howard Collin , c'est le nom de celui qui tombera transpercé par mon arme lorsque le glas du jugement dernier sonnera pour lui . Un contrat d'1 millions de couronne était placé sur sa tête et Cumulus m'avait confié la tache d'éliminer ce qu'ils considéraient comme une menace pour "la vie et le bien être des citoyens Neutres dans monde de paix " . Ce que les gens pouvaient dire comme idioties pour appuyer un assassinat , peut importe les motifs je n'avais aucunes questions d'ordre personnel à me poser . Même si ma cible avait été un moine vivant reclus tel un ermite et dédiant sa vie aux divinités , je l'aurais tué sans état d'âme . Oh si peut-être un ... c'est vrai que j'aurais été content , des ermites on en tue pas tout les jours .
Bref , j'étais assis là sur une chaise en face de la partie scientifique de la bibliothèque et mon homme se tenait juste en face de moi . Je ne pouvais pas le tuer maintenant , je ne devais pas le tuer maintenant et je le savais pertinemment pourtant pourquoi est-ce que ma main se posait inconsciemment sur mon poignard . Après tout une petite marche juste que lui , un bon coup dans le thorax et personne n'aura rien vu . C'est avec le regard dorée emprunt d'un voile de jouissance que je me levais de mon siège , posant le livre que je bouquinais depuis 5h ! Je prenais mon haut de forme avant de le placer délicatement sur mes cheveux coiffés vers l'arrière , la main sur le bord pour le maintenir en équilibre alors que je marchais la tête basse , de manière à se qu'aucun témoin de mon visage déformé par le plaisir ne se produise .
Je marchais d'un pas lent mais gracieux vers le vieillard qui se tenait à quelque mètre de moi . Encore quelques pas et je pourrais commettre mon forfait en toute impunité , je mis ma main sur le manche de ma courte lame et redressais mon visage qui arborait un large sourire découvrant des dents de carnassier . Mais je retins mon geste lorsque je lu le titre du livre qu'il lisait : "comment le sang , source de la vie , peut devenir l'instrument de la mort " . Je restais sans voix face au titre évocateur de ce livre qui me convenait tout particulièrement , serait-ce un tour du destin ? Je restais debout la , les bras le long du corps et la bouche entre-ouverte quand tout à coup le vieil homme se mit à parler , à me parler :

-Alors comme ça on est passionné par la science et par le sang

Je repris possession de mes esprits en secouant ma tête , je retirais mon haut de forme que je mis contre mon torse pour montrer mon approbation au début d'une conversation :

-Disons que je suis un expert en la matière !

Et c'est ainsi que je continuais petit à petit la conversation , grattant de plus en d'éléments à propos de lui , des informations précieuses mais aussi une discussion très mouvementé au sujet du sang et de son utilité mais aussi de son utilisation . C'est ainsi que j'appris que Howard possédait une salle secrète dans les cachots . En entendant cela , mon plan se mis en route dans ma tête ... qui viendrait le chercher dans un lieu de travail inconnu de tous à part moi ? Je m'inclinais en signe de salutation , afin de lui montrer que je voulais prendre congé . Sur ce il me dit de passer le voir un jour prochain , pour l'assister dans ses travaux . Je sortais de la bibliothèque et dans une ruelle sombre je stoppais ma marche . Je m'appuyais contre un mur et je me mirent à rire d'une voix si froide et démoniaque que des oiseaux et un chat quittèrent leur foyer pour fuir le monstre ...


Cumulus , Les cachots : Laboratoire secret du Dr Howard Collin //22h10

Une partie bien sombre de la ville et gardée par des soldats , heureusement que je connais les recoins de chaque contrées ! Je me faufilais par une vieille sortie d'égout qui n'est plus utilisée à présent . Mon Dieu , quel odeur répugnante qui ne venait pas me chatouiller le nez mais qui se servait littéralement d'un marteaux pour venir m'éclater les fosses nasales ! Ça sentait le cadavre mal conservé et la truite d'élevage à moitié consommée . Je ne devais absolument pas moisir ici , c'était une question de vie ou d'hygiène , je ne tenais pas à mourir d'une manière tant dénuée de classe . Pour tout avouer je ne comptais pas du tout mourir mais c'est une autre affaire !
Je marchais à travers les débris de ces catacombes qui autrefois servaient d'égout , soudain quelque chose vint se briser à la rencontre de mon talon . Lentement je me baissais et avec ma main gantée , je saisis la matière inconnue que je venais de heurter : il s'agissait d'un crâne , un crâne de femme âgée d'environ 20 . Avec la présence des quelques tissus organiques , je dirais que cela fait environ quelques semaines qu'elle est là . Aucun doute j'approchais de l'endroit où je désirais me rendre . Alors que ma promenade à travers les restes d'égouts se faisait longue et fort déplaisante , j'entendis des bruits de perceuses et de cris puis je reconnu la voix du ricanement qui s'élevait dans ces lieux : Howard ! La fin de ce tunnel me conduit dans une salle où il n'y avait qu'une porte derrière laquelle se tenait le laboratoire de ce fou que je devais éliminer . Enfin , étais-je réellement en mesure de dire quelqu'un était fou ? Pour en avoir côtoyer un depuis une vingtaine d'année , la réponse est oui .
Je ne pouvais décemment pas faire irruption et déclencher un conflit directe , non pas que je doutes de mes compétences au combat mais cela ne serait pas digne du subtil assassin que je suis . Après quelques regards précis contre la façade , je pris connaissance de la présence d'une voie d'aération . Classique mais toujours efficace : d'un bond je me propulsais à quelques mètres du sol , m'accrochant à la grille que j'arrachais sans problème . Lorsque le bruit de la perceuse se fit le plus intense , je balançais l'objet métallique au sol pour m'en débarrasser avant de ramper à l'intérieur du conduit . Après quelques secondes , je me trouvais dans la salle , plus précisément au dessus d'une armoire gigantesque , de façon légère et gracieuse , je me laissais tomber le long du mur de 3 mètres pour atterrir sans le moindre bruit sur le sol , plaquer contre l'arrière du meuble qui touchait le plafond . Je sortais délicatement ma tête , en faisant attention de ne pas perdre mon précieux chapeau et ce que je vis me fis rentrer dans un état de stupeur sans précédent !
La salle était jonchée de cadavre , on ne voyait presque plus le sol marbré qui avait pris la teinte du sang sec . L'odeur putride commençait peu à peu à gagner du terrain pour bientôt m'atteindre et introduire mon corps . Pourtant , tous ces corps sur le sol , ces femmes et ces hommes crucifiés sur des bras robotisés , ce magnifique tableau était digne du plus grand des artistes ! Mais je n'étais pas là pour mon complaire dans une admiration de cette scène mémorable . Agilement , mes pas trouvaient leurs places entre les corps et les os rongé par la corrosion , après un court instant , mon corps souple et flexible se trouvait derrière le docteur maléfique

-Ah Ah Ah ! Bientôt la mort sonnera !

-Tu ne crois pas si bien dire
, son corps se raidit de frayeur , son glas a déjà sonné

Le professeur se retourna d'un mouvement bref avec une arme à la main mais c'était trop tard , j'avais déjà empoigné mon coutelas et d'un mouvement vif je lui plantais dans la main , lui faisant lâcher ce qui ressemblait à une arme à feu . Le docteur Howard recula avec hâte en poussant des cris , il jeta l'arme à terre puis se mit à tourner autour de moi . Je le laissais faire en affichant un sourire démoniaque . Une fois que nos position respectives furent inter-changeaient , il fit un pas en arrière et trébucha sur un cadavre . Son pied avait rencontré une main mais cette dernière le tenait . Il se mit à hurler lorsque bientôt , 3 cadavre lui agrippaient les membres .

-Mais qu'est ce que c'est que ce merdier !!!

-Ça ? Mais c'est le fruit de tes expériences sur le sang .

Je me mis a rire lorsque les macchabées commencèrent à dévorer ses jambes tandis qu'il hurlait à en pleurer . Ma main devant ma bouche , les goutes de sang me tirèrent de ma torpeur : de ma manche gauche coulait de ce précieux fluide .

-Ah c'est vrai ... disons qu'il y a un peu de mon savoir faire dans tout ça ...

En une dizaine de minute , il ne restait plus rien du Dr Howard Collin : plus rien . Mon sang réintégrait mon corps et je remis mon haut de forme sur le haut de mon crâne : j'allais quitter ces lieux et laisser les cadavres à leur triste sort ici ...


Cumulus , L'auberge de la Bière dorée // 00h54


Je me rendais dans le trou miteux qui me servait de demeure . Bon il faut dire que y'avait un petit coté rustre qui ne me déplaisait pas forcément et puis c'est vrai que c'était plutôt calme dans son genre : j'ouvris les portes et un d'un seul coup , les rires et les injures me happèrent dans ce monde de festivités nocturnes , sans même que je ne puisse poser pied dans l'enceinte de l'auberge , un gringalet voltigea au dessus de mon épaule , lancé par un colosse .C'est surement cette ambiance qui plaisait aux pirates et autres loups des mers ... elle n'était pas forcément désagréable bien que je ne me sentes réellement bien qu'au sein des morts . Le rejeton de 10 ans de l'aubergiste accourait vers moi et avec sa voix de jeune enfant il me dit :

-Hey m'sieur Mikk ! Y'a Amandine qui vous a ramené des gâteaux !


-C'est Seigneur Mikk , Benjamin !

Le petit enfant fit une mine boudeuse à cause de la réprimande de sa sœur , une jolie brune au teint clair et à la peau douce . Sa chevelure coupée au niveau des épaules lui donnait un coup de fraicheur qui s'alliait à merveille avec son sourire et sa joie de vivre . Ses hanches rappelaient la guitare , bien que son corps à elle m'inspirait bien plus de manière de jouer que l'instrument en lui même . Je posais ma main ganté sur la tête du marmot puis lui caressait tendrement les cheveux , je pris le ton le plus mielleux que je pu :

-Pour toi , c'est Tyki mon bonhomme !

Et vu la manière espiègle et pleine de tendresse dont me regardait ma dulcinée temporaire , je feintais mes sentiments à la perfection . Je me levais lentement puis posait mon haut de forme sur le porte manteau , juste après avoir laissé ma veste . J'approchais d'elle et pris un gâteaux en lui souriant , cela va sans dire qu'elle se mit à rougir , provoquant alors les sifflements des loubards qui se tenaient dans le fond et me saluer joyeusement . Je le souris et me rendit face à son frère qui lui me regardais avec des yeux mauvais , lui autant dire que je ne l'aimais vraiment pas . Avec son éternel torchon posé sur l'épaule , il me dit d'un ton sec :

- Alors Tyki , c'est qui cette nouvelle brune ? Ma sœur te suffit pas ?


Je le regardais avec étonnement , feintant une naïveté d'un enfant de 6 ans avant de me tourner vers sa sœur qui servait les gens et de la pointer du doigt . Puis lentement , avec des yeux grand ouverts je lui dit

-Mais ... c'est bien ta sœur , non ?!

Il se mit à grincer des dents et d'un coup , il m'asséna un terrible coup de fouet à l'aide de son vulgaire torchon . Je ne bronchais pas , lui non plus :

-Joue pas au plus malin avec moi mon saligaud , je parle du Commandant que tu veux te taper et qui t'attends dans ta chambre !

Mais de quoi il parlait ? Je ne bougeais toujours pas , avec un regard impassible qui faisait vraiment froid dans le dos : lorsque nos regards se croisèrent , je sentais les sueurs froides qui le prenaient soudainement . Avec un ton glacial et une voix neutre qui ébranlerait n'importe quel homme je lui demandais :

-Apporte moi les clés de ma chambre et de la salle de bain ...

Il serrait le poing et les dents , après quelques secondes sans bouger , il crachat par terre avant de se saisir des deux clés et de me les tendre . Lorsque j'allais les prendre , je me penchais vers lui au dessus du comptoir et c'est à l'oreille que je lui ai chuchoté ces quelques mots :

-Si tu me touches ne serait-ce qu'une fois de plus ...

Je n'ajoutais rien et je me contentais de sourire , alors que nous étions si proche l'un de l'autre , je sentais les palpitations de son cœur ainsi que ses jambes qui tremblaient . Doucement je pris les clés avant de tourner les talons et d'emprunter la voie des escaliers , le laissant en proie à ses peurs . Mais qui pouvait bien m'attendre là haut ? Je n'attendais la visite de personne et encore moins d'une femme , je m'en serais rappelé .
J'avançais à pas de loup dans les escaliers puis je me demandais s'il ne valait pas mieux faire savoir ma présence . Alors finalement je me mis à marcher convenablement , la personne qui m'attendait devait probablement m'entendre . Je voyais ma porte au bout du couloir , alors que je déambulais dans le couloir , je sortis une cigarettes , la posa sur mes lèvres puis l'alluma tout en prenant un teint gris cendré . Mes stigmates surgissaient petit à petit tandis que je déboutonnais le haut de ma chemise , prêt à empoigner mon arme . Lorsque j'arrivais , aucune aura négative ou hostile ne m'effleura et il n'y avait tout simplement ni pièges ni comités d'accueil . Ma peau repris son teint halé et les stigmates de mon front s'en allèrent , je poussais lentement la porte déjà ouverte et ma stupeur , il y avait devant moi une brune exquise
La cigarette m'en tomba de la bouche , cette chevelure gracieuse digne du plus féroces des fauves , ces pupilles transcendant l'univers pour apporter un semblant de bonheur en ce bas monde et mon Dieu : regardez moi ces hanches !
Non pas fier de la prise que je venais de faire , d'ailleurs je ne savais même pas comment j'ai réussis à l'amener dans mes filets , il semblerait qu'en fait la jolie demoiselle ne soit pas là pour faire parler son corps mais bien là pour discuter affaires . Nettement moins drôle :

- Tyki Mikk, le Dandy ou encore le Tordu... Vous rentrez bien tard ce soir. Un mercenaire est-il si occupé ?

Elle me connaissait , je le savais que ma renommée n'était plus à faire ! En tout cas , peut-être qu'elle avait demandé mon adresse à l'une de mes nombreuses conquêtes , prions très fort tout ensemble que cela soit pour une relation purement se...amicale , dans un premier temps ! Mais ce qui suivit manqua de m'achever ...

- On dit que vous êtes le meilleur. Est-ce que vous voulez le prouver ?


Et oui , la pomme qu'elle avait croqué allait bel et bien finir sur ma tête tout ça pour montrer à une gente demoiselle une énième fois que oui c'est bien moi le plus fort , le plus efficace et tout le tralala qui fait que je peux me vendre . Enfin faire tourner mon entreprise quoi ! Dans un bref soupir , j'empoignais mon arme et d'un mouvement bref , je plantais sa lame dans la pomme que je portais délicatement vers mes lèvres . Avec une sensualité innée , je croquais le fruit avant de poser la pomme transpercée sur le lit . Avec une voix exaspérée je lui dis :

-Oui je suis Tyki Mikk , le meilleur assassin de toute la Noerphilie . Non seulement je suis le plus puissant et le plus rapide mais je suis aussi le plus efficace . Il faut aussi que cela vous viennes à l'esprit , je ne travaille que sous contrats qui peuvent être de n'importe quel nature : espionnage , assassin ou demande en tout genre . Pour finir , selon la tache qu'il m'est prié d'exécuter , la somme peut débuter à une poignée de couronne à tout un trésor . Bien sur cela va sans dire ...


Je portais mes doigts à mon visage de manière gracieuse , et je la regardais langoureusement , rendant l'atmosphère propice à bien des choses ...

... que je fais payer les bonus .

Mon regard d'assassin perfide ne manquait pas de confirmer ce que je pensais : c'était en effet une haut placé dans la hiérarchie militaire Neutre . Pourquoi viendrait-elle à moi ? Si c'est une question d'état , alors le régime du dirigeant de Cumulus aurait décidé de m'éliminer ? C'est vrai qu'après la série d'assassinat parfait que j'ai commis , ils ont de quoi avoir peur de moi . Mais si elle vient à titre personnel , elle va surement me lancer une requête pleine d'intérêt pour sa personne comme éliminer un opposant et monter en grade . C'est incroyable comment je n'aime pas ce genre de clientèle , les fédéraux et leurs histoires c'est un bordel sans nom . Elle commençait déjà a m'exaspérer mais je ne devais pas pour autant refuser sa proposition dès maintenant , après tout ce n'est que préjugés . Je me tournais de façon délicate en direction de la porte , puis j'axais ma tête pour pouvoir la voir :

-Si vous voulez bien m'accorder un court congé , disons que mon travail est éreintant et que pourtant , j'aime prendre soin de moi un tant soit peu .

Je quittais alors la pièce pour me dirigeait vers le bain . Ma tête était tellement pleine de réflexion quand j'en oubliais de frapper à la porte et que je tombais nez à nez avec une magnifique blonde aux yeux verts tel la pistache et aux formes amplement rebondis . Et c'est tout . En fait je restais tellement froid et distant qu'au lieux de crier et de se cacher derrière une serviette , elle s'approcha de moi après un moment de stupeur pour me questionner avec hésitation :

-Euh monsieur le gentilhomme ... vous allez bien ?

Je la regardais dans le blanc des yeux avec un air vide et une tête assez fade : merde alors , cette femme pourquoi venait-elle me causer des soucis comme ça ? Ça doit être la seule raison pourquoi je n'aime pas les demoiselles qui ont un minimum de jugeote et qui en plus savent se battre . La voix cristalline de la créature céleste à la poitrine opulente qui agitait sa main devant moi me tira de ma torpeur :

-Eh Oh ! Vous êtes là ?

Instinctivement , je fis un bas en avant qui me fit poser le pied sur le sol , plus précisément sur un bout de savon glissant . D'un coup , la femme me vit basculer vers le fut en boit géant qui servait de baignoire artisanale . Et c'est ainsi que mon corps disparut sous l'eau , tandis que ma tête cognait brutalement contre le fond de cette bassine remplie d'eau bouillante . Je pense que la demoiselle à la chevelure dorée s'inquiétait pour moi car quand ma tête émergea de l'eau , elle était sur le bord de la bassine en train de hurler au secours . Alors délicatement , je posais mais lèvres contre les siennes , et nous restèrent ainsi durant un laps de temps déterminé et suffisant pour qu'elle se calme :

-Vous voila rassurée ?


----------------------------


Quelques temps après , une fois que je me sentis propre et que je ne fus plus souillé par toutes ces pensées négatives et ces machinations secrète orchestrée par un ordre inconnu visant ma noble personne , je sortis de la baignoire et me saisis de mon pantalon . Je l'enfilais juste après m'être vêtu de mes sous vêtements , néanmoins je venais de me rendre compte qu'il me manquait une chemise neuve . C'est alors que le torse bombé , exhibant ma musculature parfaite et mon teint basané , j'imposais ma démarche de prince a travers du couloir . C'est là que je me rendis compte qu'en fait il était réellement tard et que l'heure était relativement avancée dans la nuit , mais alors pourquoi une jolie blonde se trouvait dans mon bain ? Bref je ne devais plus m'encombrer de questions inutiles , une fois arrivé au niveau de la porte , je l'ouvris de manière nonchalante , rentrant dans la pièce en affichant un sourire qui ne reflétait aucunes émotions , comme à mon habitude . Je me dirigeais vers le placard sans jeter un regard à la demoiselle encore présente dans la pièce , puis je m'habillais d'une chemise blanche tout à fait propre . Une fois décemment vêtu , je me mis sur le bord du lit et je sortis une cigarette , apriori la seule chose qui me détend rapidement . Après quelques secondes , la fumée sortit de ma bouche , masquant temporairement mon visage qui affichait une expression de tranquillité
Cette fois je posais mes yeux à la teinte en or pour faire face au regard ambre de la jolie femme qui devrait demander d'autre de mes services que ceux auxquels je m'attends de sa part . Avec une voix claire je lui dit :

-Je n'acceptes pas les clients qui ne se présentent pas lorsqu'ils requièrent mes services mais une fois n'est pas coutumes . J'aimerais mettre un nom sur ce jolie minois avant d'attaquer les festivités ...

A vrai dire , j'ose espérer que son nom est aussi jolie que son visage sans qu'il soit aussi gonflé que sa poitrine .
Revenir en haut Aller en bas
Sunaï Hinara
L'Eclair Blanc
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Impassible

Feuille de personnage
Niveau:
26/50  (26/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   Mer 4 Aoû - 13:00

- Oui je suis Tyki Mikk , le meilleur assassin de toute la Noerphilie...

Bien. Déjà, on pouvait voir que ce cher mercenaire... n'était pas le genre d'homme modeste et craintif, surtout quand cela était lancé d'une telle voix exaspérée. Il semblait avoir une parfaite confiance en lui, une foi en ses propres capacités rendue inébranlable par ses nombreux contrats toujours réussis... Sunaï supposait que pour faire tomber cette assurance, il faudrait qu'il puisse rencontrer un échec au moins une fois dans sa vie. Cette information n'était pas vraiment au goût de Sunaï. Pas qu'elle n'aimait pas les hommes confiants, mais savoir que ce mercenaire avait un tel caractère laissait supposer qu'en effet, il pouvait devenir dangereux, et pas seulement pour le gouvernement Neutre, mais pour n'importe qui. On ne l'avait donc pas envoyée ici pour une simple inquiétude de passage...

- Bien sur cela va sans dire... que je fais payer les bonus .

Sunaï laissa retomber doucement sa chaise sur ses quatre pieds. Oui, elle ne s'y était pas trompé, la façon dont il avait croqué le fruit d'une manière pleine de sous-entendus n'était pas un effet de son imagination. Sans compter les paroles du client qu'elle avait assomé dans la soirée !
Eh bien, en plus de cela, c'était un séducteur incontesté ! Non, le mot n'était pas vraiment approprié... Mangeur de femmes serait plus exact, même si on utilisait cette expression pour les femmes en général. Au final, cela n'était pas si étonnant, un homme plein d'assurance comme l'était Tyki ne devait pas se retenir pour user de son charme. Car il est vrai qu'avec ces yeux dorés, son teint bronzé et ses cheveux qui lui retombaient sur le visage en lui donnant l'air décontracté, il était beau, Sunaï ne pouvait pas le nier.
La Commandante se leva, l'expression indéchiffrable, et laissa le mercenaire aller se refaire une beauté tandis qu'elle faisait le tour de la pièce. L'air pensif, elle retourna une vieille pièce d'échecs posée sur un petit buffet, une reine pour être exact. Si ce Tyki Mikk était réellement sensible à la gent féminine, il se pourrait qu'elle se serve de cela comme d'un atout... Sunaï sourit face à la petite fenêtre qui montrait les rues sombres de Cumulus éclairées par une lune claire. Cela pourrait faire fondre n'importe quel homme : elle était si indifférente et froide en apparence, ce ne serait pas la première fois ni la dernière d'être le sujet de fantasmes fous dans lesquels elle abandonnerait son masque impassible, n'est-ce pas ?
Enfin, Tyki revint dans la pièce, le torse à l'air, ce qui amusa Sunaï en même temps que cela l'irrita. Qu'est-ce qu'il croyait ? Qu'elle allait se jeter sur lui, comme toutes les autres dindes qu'il devait sûrement séduire dans son quotidien ? Elle n'était ni blonde ni naïve, dans le cas où leurs relations seraient autres que professionnelles, ce ne serait pas ce Tyki qui l'aurait mise dans sa poche, mais plutôt le contraire, et il aurait certainement du soucis à se faire !
Sunaï observa l'homme de main s'installer au bord du lit après s'être vêtu d'une chemise, encore plongée dans ses réflexions. Les paroles de Tyki la ramenèrent ensuite à la réalité :

- Je n'acceptes pas les clients qui ne se présentent pas lorsqu'ils requièrent mes services mais une fois n'est pas coutumes . J'aimerais mettre un nom sur ce jolie minois avant d'attaquer les festivités ...

Sunaï laissa planer quelques secondes de silence. Elle répondit avec toute la prestance dont elle était capable (oui, le mercenaire n'était pas le seul à être pleinement confiant en ses capacités !) :

- Je suis Commandante dans cette chère île où vous avez pris place, pour, j'en suis sûre, de nobles raisons. La jeune femme avait dit ça avec ironie, une petite nuance de menace dans la voix, comme si elle le mettait au défit de faire du grabuge à Cumulus. Sunaï Hinara.

L'une des rares choses qu'elle n'aimait pas faire était ce qu'elle venait de faire : devoir dire son nom, à un inconnu qui plus est. Enfin, ils étaient à Cumulus ! Tout le monde la connaissait ici, que ce soit en tant que Commandante hors pair ou jeune femme impassible.
Sunaï avança de quelques pas vers le mercenaire, mieux visible dans l'obscurité grâce à son uniforme et plissa un instant le nez en sentant les relents de cigarettes lui chatouiller les narines. Elle fit tourner machinalement sa bague autour de son doigt en ajoutant :

- La mission que je vous propose n'est pas un assassinat. Un meurtre peut s'avérer nécessaire, mais seulement si nous sommes malchanceux. (Les yeux noisettes de la jeune femme accrochèrent les yeux dorés de Tyki, Sunaï étant bien décidée à lui montrer qu'elle n'avait pas fait d'erreur en disant "nous".) Pour résumer, c'est une mission d'infiltration ayant pour but la récolte d'informations. Nos clients, une vieille famille, sont soupçonnés de collaborer de près ou de loin avec les Templiers, ce qui n'est pas le bienvenu si l'on souhaite être considéré comme Neutres comme ils le font, n'est-ce pas ? Et se rendre dans leur résidence pour les tuer serait stupide, et bien entendu, une perte de temps puisque nous ne serions pas plus avancés. La seule chose qui sera différente pour vous, je pense... (Sunaï ne cacha pas la lueur amusée de son regard.), c'est que je tiens à vous accompagner. Nous nous ferons passer pour des frères et soeurs ou pour un couple, selon vos préférences d'opération. (Sunaï eut alors l'impression qu'elle savait déjà ce qu'il choisirait et elle regretta soudain d'avoir proposé la deuxième solution.)

La famille dont Sunaï parlait vivait en reclus, loin du centre de l'île et tenaient une petite taverne. Il ne serait pas difficile de se faire passer pour de pauvres passants en grand besoin d'un toit sous lequel dormir, ce qui serait ensuite très avantageux pour pouvoir les surveiller.
La Commandante se rapprocha lentement et sournoisement du mercenaire, animée d'une brusque inspiration. Quand elle fut assez proche de lui, elle posa son index sur ses lèvres et fit glisser lentement son doigt sur sa peau basanée, passant sur sa mâchoire, sur son cou et sa pomme d'adam jusque sur son torse, sous la chemise déboutonnée. Son visage était bien trop proche de celui de Tyki pour que cela passe pour une conversation raisonnable et c'est d'une voix suave qu'elle ajouta :

- Quant aux bonus... je crois, malheureusement, que dans notre cas actuel... ce sera à vous de payer quelque chose, et pas l'inverse... Car je crois que je suis la seule dans cette pièce à pouvoir retenir mes envies soudaines.

Sunaï voulait dire par là qu'il était bien arrogant de penser qu'elle veuille payer pour ses bons services autres que le mercenariat... N'était-ce pas lui qui voulait une telle chose ?
Son visage toujours éclairé d'un sourire lourd de sous-entendus, Sunaï retira sa main de la chemise du mercenaire mais ne bougea pas, restant tout proche, et demanda :

- Alors ? Acceptez-vous votre nouvelle mission ?

Qu'il l'accepte ou non, Sunaï était bien décidée à ne pas lâcher l'affaire, elle venait à peine de commencer ce pour quoi elle était venue... Elle allait donc abuser de son hospitalité le temps qu'il faudrait !

_________________
"Dignité - démarche - liberté - peur - souffrance - vision - intelligence - vie - détermination - sont féminins." Et toc !

Revenir en haut Aller en bas
Tyki Joyd Mikk

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
27/50  (27/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   Mer 18 Aoû - 3:01

- Je suis Commandante dans cette chère île où vous avez pris place, pour, j'en suis sûre, de nobles raisons.

Cela va sans dire que j'avais compris qu'elle appartenait au gouvernement , néanmoins il est vrai que je n'avais peut-être pas perçu dès le début la raison de ce petit respect instinctif que j'éprouvais envers cette personne , son rang mais aussi son éducation semblaient lui donner une noblesse inné dans chacun de ses mouvements . Finalement , il devait y avoir du bon à être fonctionnaire , on pouvait au moins admirer les jolies plantes du coin ...

Sunaï Hinara.

Sunaï , ça ne m'interpelait pas tellement comme prénom , après tout il en valait bien un autre , pourquoi pas Carmen tiens ? Comme la jolie catin blonde très séduisante que j'ai éventré pour un commanditaire en mal d'amour ! Par contre , son nom de famille ne me laissa pas indifférent , et pour cause : c'est bien le nom d'une des puissantes familles templières qui sévissent dans tout le continent avec leurs soif vindicative d'apporter la justice en ce bas monde . La justice ? A part des banquets , le sale boulot revient souvent aux mercenaires comme moi , mais je ne savais pas qu'ils avaient un rejeton impliqué dans la politique Neutre . Si elle se servait librement de son nom de famille alors qu'il est si renommé à travers les océans , c'est surement car elle veut montrer que sa famille n'est pas forcément basé sur l'aristocratie pitoyable des templiers . En même temps je comprends le Sérénissime , avoir des valets aussi assoiffés de pouvoir et qui exécutent le moindre de ses désirs , c'est pas si mal que ça .
En tout cas , maintenant je savais à qui j'avais affaire . La tache n'en sera que plus ardu car si je devais par malheur me débarrasser d'elle , le gouvernement Neutre saura que je suis la dernière personne à l'avoir vu et j'aurais sur le dos l'armée de Cumulus en plus d'une troupe templière dirigé sans grande surprise par son paternel furieux de la disparition hâtive de sa très chère fille . Hum ... je devais éviter cette option par tout les moyens .


La mission que je vous propose n'est pas un assassinat. Un meurtre peut s'avérer nécessaire, mais seulement si nous sommes malchanceux.

Tiens , elle me regardait fixement en disant ça , je ne pouvais donc pas me retenir de doucement sourire . Je ne suis pas un barbare non plus , je ne tue pas à tout va ! Seulement à quelques va ...

Pour résumer, c'est une mission d'infiltration ayant pour but la récolte d'informations. Nos clients, une vieille famille, sont soupçonnés de collaborer de près ou de loin avec les Templiers, ce qui n'est pas le bienvenu si l'on souhaite être considéré comme Neutres comme ils le font, n'est-ce pas ?

Dans la bouche d'une des éminentes descendante de la famille Hinara , ces quelques mots ô combien véridique dans ces contrés perdent soudainement toute crédibilité à mes yeux . Peut-être est-ce une manière de montrer aux têtes du gouvernement qu'elle n'a plus aucun lien avec les templiers . En même temps je ne comprend pas trop son choix de vivre avec les Neutres , avec son tempérament de feu je la verrais bien rebelle ou même templière . C'est clair que si je parviens à coucher avec elle , j'ai intérêt à disparaitre de la nature pour de bon si je ne veux pas qu'elle me pourchasse en apprenant que je suis partis le matin , c'est que je m'accroche à la vie tiens donc ! Surtout au détriment de celles des autres on dirait ...

Et se rendre dans leur résidence pour les tuer serait stupide, et bien
entendu, une perte de temps puisque nous ne serions pas plus avancés. La
seule chose qui sera différente pour vous, je pense...

Je ne pourrais même pas les torturer ? Et c'est quoi cette idée de nouveauté ? Moi je suis les préceptes des assassins , c'est pas la première brute guerrière commandante qui passe qui va me dicter la manière dont je vais procéder ! J'espère au moins que ça sera intéressant et que ça ne me va pas contrarier ma façon de faire

...C'est que je tiens à vous accompagner. Nous nous ferons passer pour des frères et sœurs ou pour un couple, selon vos préférences d'opération.

Hein ? Je pense que ce mot décrit parfaitement l'expression faciale que sa tirade m'avait décrochée . J'avais l'impression de me faire frapper la boite crânienne à coup de massue : MAIS C'EST QUOI CETTE IDÉE ? Je laissais s'échapper ma cigarette de ma bouche entrouverte avant d'entamer un périlleux plongeant pour récupérer le mégot à moitié fumé . Juste après de m'être rétamer de manière théâtrale contre l'armoire en face du lit , j'entrepris de raisonner la commandante mais une idée lumineuse me parvint à l'esprit lorsque dans ma tête résonna le mot "couple" . Je restais là , figé de façon totalement burlesque , quelques gouttes de sueur perlèrent de mon front : mais oui , quelle idée majestueuse je venais d'avoir !
Des étoiles remplacèrent mes yeux dorées et avec un large sourire , j'empoignais d'une manière très vive les deux mains de la noble Sunai avant de fortement les serrer contre mon torse :

-Voyez comme votre proposition me fait chaud au cœur ! C'est si bon de savoir votre chaleur à mes cotés !


Et j'approchais nos mains de sa poitrine , oui la sienne , celle qui est énorme mais à mon grand damne caché derrière un uniforme un peu trop officiel à mon gout . Quoi que ça pouvait avoir un petit coté érotique d'avoir ce genre de tenue ... En tout cas je murmurais toujours avec mon regard scintillant de dégénéré sexuel en fuite libre qui devrait être arrêté avant de faire de nouveau ravage :

-Oh , on dirait bien que je vous ai contaminé avec ma fièvre d'amour ...

Je crois que jamais un homme n'a pu dire tant d'ineptie pour toucher la gorge * d'une damoiselle** mais mon dieu , qu'elle chaire elle avait là ! Même si je venais à me prendre un coup et que le diable m'enfourcha pour avoir commis un tel acte , je ne pouvais rien regretter d'aussi bon . Mais son regard incendiaire me fit prendre peur et je lâchais instantanément ses mains pour reculer d'un coup , tombant alors à terre avec un large sourire faux et des gouttes de sueur :

-Euh mais je peux tout t'expliquer ... enfin je veux dire que ... *Merde...* C'est le diable ! Il ... il m'a tenté !



Spoiler:
 


Sans me repentir en excuse , je me dirigeais vers la porte de façon nonchalante , en trainant un peu les pieds .Même avec la perspective du couple , cette mission ne me tentait pas plus que ça . Avoir un acolyte ne me servirait jamais à rien sauf peut-être à mettre en péril ma couverture en mission et dans la vie sociale . Mais il est vrai que je n'avais jamais expérimenté la chose et puis , je suis Tyki Joyd Mikk , le plus dangereux criminel imbus de sa personne à qui la Terre à pu permettre de voir le jour , je me devais donc de répondre à toutes les attentes de mon client .
Dans ce cas , je devais prendre l'affaire comme un défi , une épreuve d'un nouveaux genre que j'ose espérer ne pas avoir un marquer dans mon livre "Les tribulations de Tyki" ! Bon en tout cas , maintenant je devais procéder au rituel qui précède mes missions ...
Avec une sorte de paresse apparente , j'ouvris la porte et sortit la tête pour regarder dans le couloir . Personne à droite , personne à ... ah si , une jolie rousse dans une très belle nuisette verte , et si j'allais la voir ? Je plissais les yeux lorsque que l'image de Sunai entrain de me tordre les os et de crier "Sale dragueur" me traversa l'esprit . Je pense que si je voulais continuer à exercer ma profession et à en vivre , je devrais éviter ce genre de comportement à risque . Je me contentais donc d'une simple interjection dénué de sens et pleine de ce qu'aime la petite Hinara : de neutralité :

-Hé ho !


Ouais je sais , ça peut franchement paraitre ringard voire même sans classe mais dans la bouche du séducteur à la mèche brune et au sourire éclatant que je suis , cette petite vibration sonore prend tout de suite une dimension plus excitante pour la gente féminine , et pour cause : en se retournant la jeune fille me regardait avec des yeux plein d'envie et qui eux même poussaient au désir ... Je la regardais moi aussi avec passion avant de plisser les yeux et de saisir ma tête avec mes deux mains : là j'imaginais Sunai en train de démembrer violemment avec une paire de ciseaux géant façon manga et en me criant : "Et celle là , tu l'as vu venir !?" ... Je repris mes esprits en remarquant que cette rouquine avait tout d'une femme de petite vertu : sa nuisette légèrement coupée au niveau de sa cuisse permettait de voir ses dessous affriolants . Résiste à la tentation Tyki ... fait le pour ton bien quoi !
Je tentais de résister à ... à la tentation tiens ! Avec un ton calme et neutre je lui dis :

-Euh ... ce serait possible d'avoir un café ?

Je rougis ... non , non sans rigoler : moi le dangereux psychopathe séducteur je venais de rougir et vous savez pourquoi ? Simplement parce que je devais me retenir de ne pas sauter net dans les jardins suspendu qu'offrait le magnifique balcon pendant à son soutien gorge ! En résumé , elle me faisait un effet monstre mais je me devais de ne pas broncher ... Sauf que j'obtins la réaction inverse de celle escomptée !

- Oh que oui beau brun rougissant ... c'est très mignon un homme qui laisse librement ses sentiments s'exprimer ...


Laisser librement mes sentiments s'exprimer : mais c'est ce que je voulais ! Je réfléchis à l'option et je plissais à nouveau les yeux en imaginant l'autre furie nous décortiquer tout les deux après nous avoir mis en pièce .

Je me retournais donc avec un sourire et une expression du visage qui disait un truc du genre "Euh ... je t'assure que c'est pas ma faute" , mais je laissais vite tomber ça en remarquant la sensualité avec laquelle elle s'approcha de moi et posa son doigt sur mes lèvres doucement , avant de descendre lentement . Mais à quoi jouait-elle ? Serait-ce une nouvelle bassesse pour tenter de m'extorquer un quelconque service au détriment de mon code ? Elle ne serait pas capable d'en faire autant dans ce but ...

-
Quant aux bonus... je crois, malheureusement, que dans notre cas
actuel... ce sera à vous de payer quelque chose, et pas l'inverse... Car
je crois que je suis la seule dans cette pièce à pouvoir retenir mes
envies soudaines.

Hum ... je n'avais peut-être pas assuré avec la rousse mais en tout cas elles n'étaient pas du même gabarit . Et puis après tout je suis le genre d'homme qui vit mieux avec ses pulsions qu'en les réfrénant ! Je commençais lentement à l'enlacer , posant délicatement mes mains juste en dessous de ses hanches sans pour autant toucher ce qui était à ma portée . Sa tête était bien trop proche pour que nos respirations ne s'entremêlent pas , mais à ce jeu là j'avais sans doute une longueur d'avance ...
Avec une agilité féline et une malice d'un serpent perfide , le dangereux reptile que j'étais n'eus aucun mal pour s'approcher un peu plus tendrement du visage de sa proie . Ma main droite toujours sur ses hanches , je prenais avec douceur son menton . Elle avait là une peau très agréable toucher , si doux que l'on pourrait croire que ces yeux ne sont que des perles brodées sur le plus soyeux des tissus .
Bientot mes lèvres allaient rencontrer les siennes , les secondes s'écoulaient comme des heures tant cet instant aurait pu être magique si seulement , si seulement je n'avais pas reculer frénétiquement mon visage en plissant les yeux rien qu'en m'imaginant la jolie Sunai en train de m'arracher les mèches une par une en criant "GOUJAT ! Comment oses-tu voler le premier baiser d'une fille innocente ?!"
Aussi j'ai préféré repousser mon visage , bien que j'ai gardé ma main sur sa hanche , plus précisément au contact de la partie charnue si moelleuse et tendre que je touchais en ce moment et que je tenais à nommer : son postérieur ! Cela va sans dire que j'étais globalement dans une mixture à l'aspect et à l'odeur désagréable que l'on appelle communément "la merde".

Tout à coup la créature doté de bombonne de gaz au torse que j'avais précédemment abordée m'apporta du café pour deux avec un large sourire et un décolleté tout aussi accueillant . Je pris les tasses avant de refermer la porte sur la gentille demoiselle presque dénudée qui n'attendais vraisemblablement qu'une chose qu'elle n'aura pas ...
Je servais le breuvage à mon hôte en faisant comme si de rien n'était et je lui apportait sa tasse avant d'en faire de même et de m'assoir sur le lit . Au bout de quelques gorgées , je remis la tasse sur le service de table disposé à cet effet . J'avais coutume de faire des investigations plus profonde sur les motivations à une mission et c'est ce que je comptais faire à ce moment , je regardais l'horloge puis succinctement je me tournais vers Sunai en disant avec le regard las :

-Tu as précisément 1minute 47 secondes pour me convaincre de faire ce que tu me demandes . Montre toi convaincante mais si tu ne l'es pas alors personne ne saura que l'on s'est vu , je ne ferais pas ce que tu m'as demandé , et tu ne reverras plus mon visage ...

C'était rapide , épuré et très direct : le style Tyki par excellence ! Bien évidemment cette série de question constitue une base de données personnelles mais aussi une source de motivations , et une assurance au cas où les choses tournent mal ou je veux un bon prétexte pour ne pas accepter le contrat et disparaitre . Maintenant j'attendais patiemment la réponse de Sunai Hinara ...

-HS-

*La gorge : je parle pas ici de la partie du corps en dessous de la tête mais celle encore un peu plus en bas : oui , oui , ses seins :p

**la damoiselle : n'y voyez pas une faute d'orthographe , la damoiselle étant une demoiselle noble au moyen age Very Happy

Sinon pour la gifle de Tyki , tu n'auras qu'a l'évoquer brièvement dans ton prochain post (du style dommage que je ne l'ai pas giflé ou bien j'ai bien fait etc ... )

Désolé pour le temps mais je suis pas super actif et la qualité/vitesse s'en fait ressentir Mad







Revenir en haut Aller en bas
Sunaï Hinara
L'Eclair Blanc
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Impassible

Feuille de personnage
Niveau:
26/50  (26/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   Mer 1 Sep - 23:03

[HRP : Une gifle ? Ha ha, si Sunaï devait faire quelque chose, cela ne serait pas une gifle, mais plutôt une bonne droite qui fait bien mal 8D Vraiment désolée pour le retard !]

S'il était vrai que Sunaï ne doutait pas du charme qu'elle pouvait avoir, elle ne s'attendait pas à une telle réaction de la part du mercenaire à qui elle était venue proposer une mission - une mission destinée à ce qu'elle-même puisse le surveiller, certes, mais une mission tout de même. Elle avait retiré sa main de son torse, mais Tyki ne semblait pas s'en formaliser et l'enlaça avec l'air particulier d'un dragueur en manque. A cette distance là, la Commandante ne put s'empêcher de noter que l'odeur du mercenaire était tout aussi agréable que son physique. Mais elle n'était pas là pour venir apprécier ses atouts, et encore serait-elle intéressée qu'elle n'en ferait rien : elle était en mission, quoi qu'il en soit. Elle était prête à parier que ce mercenaire avait laissé derrière lui toutes ses conquêtes sans un mot, ce qui compromettrait franchement ce pour quoi elle était venue. De plus, elle ne laissait jamais un homme se comporter avec elle ainsi sans son accord... Mmh ? Oui, c'était bien ça : elle pouvait faire tout ce qu'elle voulait, torturer mentalement un homme à femmes tout en sachant très bien le genre de choses qu'il souhaitait, tandis que les autres, eh bien... ils ne pouvaient en aucun cas faire quelque chose qui ne leur était pas autorisé. Sunaï avait en effet une haute opinion d'elle-même, et le fait d'être traitée avec respect grâce à son grade quasiment tous les jours n'arrangeait rien... Enfin, c'est le genre de choses qui arrive, lorsque l'on est fort, n'est-ce pas ?
Le mercenaire recula cependant et la lâcha, exerçant visiblement un immense effort sur lui-même. Sunaï sourit discrètement, satisfaite. Les paroles de Mikk qui suivirent la rembrunirent néanmoins :

- Tu as précisément 1minute 47 secondes pour me convaincre de faire ce que tu me demandes . Montre toi convaincante mais si tu ne l'es pas alors personne ne saura que l'on s'est vu , je ne ferais pas ce que tu m'as demandé , et tu ne reverras plus mon visage ...

La soudaine dureté de ces mots surprit Sunaï, mais elle n'en laissa rien paraître. Cela était prévisible de la part d'un mercenaire, mais après tout le cirque qu'il lui avait montré, le sérieux qui ressortait de lui avait nettement diminué... jusqu'à ce qu'il parle comme cela, bien sûr. La jeune femme fut moitié amusée, moitié irritée. Il voulait jouer à ça ? Soit, ils allaient jouer.
La Commandante s'appuya contre le rebord de la petite table après avoir repoussé la tasse de café que Mikk lui avait servie. Elle n'aimait pas le café.

- Allons... Vous convaincre de faire ce que je vous demande ? Depuis quand un mercenaire veut qu'on lui rende des comptes, du moment qu'il est bien payé ? Il s'agit peut-être d'une simple impression, mais il semble que je sois la seule, ou l'une des rares, à qui vous demandez cela.


En effet, cela était étrange. Rien d'inquiétant pour elle pour l'instant, mais il pouvait être possible qu'il soit sur ses gardes. Si c'était le cas, cela ne dérangerait pas vraiment la jeune femme. Les missions trop simples, à la longue, cela devenait ennuyeux. Cette fois-ci, elle avait affaire à un professionnel, cela la changerait grandement.

- Vous convaincre, vraiment... Vous êtes bien arrogant ! Sunaï laissa échapper un rire moqueur avant de continuer d'un ton suitant d'ironie : Mais si c'est ce que vous souhaitez... (Sunaï avança de quelques pas vers le mercenaire d'un air nonchalant.) La mission que je vous propose paraît anodine et manquer d'intérêt, mais si cela était si simple que cela, croyez-vous vraiment que je ferais appel à l'un des mercenaires les plus doués sur le marché ? Cela ne sera pas aussi facile que vos quêtes habituelles. Vous pourriez tout à fait vous faire d'autres contacts lors de l'infiltration, vous améliorer, aussi (ces derniers mots étaient bien sûr une provocation affichée). Sans compter que je paye bien, généreusement même, sans oublier également que cette mission se déroule en ma présence, ce qui est rare, je travaille rarement avec quelqu'un qui ne fait pas partie du gouvernement Neutre. Vous pourrez vous faire une idée de notre fonctionnement, même si je viens ici seule et sans aucun ordre.

Sur cette dernière phrase, tout n'était que mensonges. Certes, elle n'avait pas reçu l'ordre de se présenter à Tyki et de lui donner une mission, mais elle avait bien des instructions le concernant. Aussi, le fait qu'il puisse observer le fonctionnement Neutre... Ce n'était que des foutaises, Sunaï agissait comme bon l'entendait, et travaillait avec ses méthodes. Qu'elle ait travaillé pour les Templiers, les Rebelles ou autres, elle se comporterait de la même façon. Dire donc qu'il pourrait voir le "fonctionnement"... Faux. La seule chose dont il pourrait se rendre compte, c'est la puissance que possédait son gouvernement et ses membres. Les Neutres ne prenaient pas à la légère la guerre qui sévissait dans tout le pays, leur armée était donc conséquente, "au cas-où".
Et puis, là n'était pas la question, la jeune femme soulignait seulement le fait qu'elle serait là... car Sunaï était quasiment sûre du genre de personnage qu'elle avait sous les yeux : tant qu'il n'avait pas ce qu'il voulait, il ne lâcherait pas l'affaire. Et qu'elle parte sans rien dire, sans avoir rien fait, n'était probablement pas ce qu'il attendait, à voir la façon presque langoureuse dont il l'observait.

- Ce n'est pas tout. Si vous acceptez ce que je vous demande... je tiens à être claire.

Sunaï glissa sa main sereinement vers sa ceinture, resserrant ses doigts sur la garde d'une de ses dagues. Avec l'agilité et la vitesse d'un félin, elle fondit sur son interlocuteur, envoyant valser sa tasse de café qui alla s'écraser contre le sol d'un geste de la main, puis lui colla brusquement la lame de la dague sous la gorge. Si un spectateur était là pour pouvoir décrire la scène, il verrait un homme tranquillement assis sur son lit, les mains encore levées dans le vide, tenant la tasse de café qui était désormais explosée sur le parquet miteux, avec une femme visiblement effrayante penchée sur lui, serrant fermement la garde de son arme posée sur sa gorge d'une main, l'autre main tenant son épaule. Sunaï avait reprit tout son sérieux, son expression était froide et son ton tranchant :

- ...Dorénavant, vous devrez me vouvoyer, et je n'accepterai aucun débordement. Je ne suis pas comme les dindes que vous semblez avoir l'habitude de côtoyer. Si vous voulez jouer au plus fin, sachez que je suis tout aussi forte que vous à ce jeu-là. Ne me sous-estimez pas.

Les femmes n'étaient pas toutes de parfaites filles modèles, effrayées par la simple vue d'une arme, encore heureux ! Il allait voir à quoi tenaient les autorités Neutres !
Sunaï approcha ses lèvres de celles de Mikk lentement, très lentement 5comme un bourreau retardant le moment où le fouet pénétrerait la chair), sachant très bien ce qu'il brûlait d'envie de faire. La dague menaçant le joli cou du mercenaire, cela gâchait probablement l'instant, mais quelle importance ! La Commandante entrouvrit les lèvres, mêlant son souffle à celui du mercenaire. Quand leurs bouches furent sur le point de se toucher, la jeune femme sourit en lâchant un rire bref avant de reculer soudainement, ôtant la dague de sa gorge au passage. Sans se préoccuper de lui, elle retourna s'appuyer contre la table de bois en remettant sa dague à sa ceinture.
Sunaï ne craignait aucune réaction dangereuse de sa part. Le chasseur de prime aurait très bien pu la stopper s'il en avait eu l'envie, il avait certainement dû la laisser faire. Un professionnel reste un professionnel... Quand bien même il n'aurait pas vu le coup venir, il avait eu toute possibilité de répliquer une fois la lame sous la gorge, après tout, elle n'avait aucune intention de le tuer. Elle voulait simplement lui montrer à qui il avait affaire, seulement cela. S'il avait l'intention de répliquer et de montrer ce que lui aussi savait faire, cela ne serait pas mortel, à coup sûr. Quel serait l'intérêt ?

- Maintenant, j'aimerais avoir votre réponse, je ne souhaite pas perdre mon temps. Le grand chasseur de prime Tyki Joyd Mikk a-t-il été convaincu par Sunaï Hinara ?

Ce mercenaire était vraiment intéressant... La Commandante commençait réellement à croire que cet homme pouvait devenir dangereux et gênant, et ça pour n'importe quel gouvernement en Noerphilie...

_________________
"Dignité - démarche - liberté - peur - souffrance - vision - intelligence - vie - détermination - sont féminins." Et toc !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rendez-vous inattendu dans une auberge à deux sous... [ Tyki, Sunaï ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Privé + Glen Pandora]Un rendez-vous inattendu ...
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Noerphilie :: Hémisphère Nord-Ouest ~ :: Cumulus :: » La ville flottante :: L'Auberge de la bière dorée-
Sauter vers: