World of Noerphilie

[Staff: Forum Fermé.] Les croisades font rage ... [Staff: Forum Fermé.]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En attend le réapprovisionnement ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Léonar Lazar
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Tranquille ...

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: En attend le réapprovisionnement ...   Sam 5 Juin - 20:48

    Le parfum de la liberté. Cette douce odeur embaumait la ville céleste de Cumulus dans son intégralité ; on pouvait même la sentir dans la plus petite maison de la cité, et ce jusqu'aux bordure de la ville, là où la terre s'arrête pour ne laisser de la place qu'au ciel. Le peuple Utaripsa avait tout de même bien fait les choses. En plus d'avoir un paysage d'une splendeur sans pareil à travers le monde entier, son système politique semblait avoir été élaborer dans le seul et unique but de faire enrager les Templiers. Ici, pas besoin de se cacher. Inutile de se déguiser pour sortir, dans la peur de croiser et d'être reconnu par une patrouille de Templiers, plus aucune raison de raser les murs et de toujours se cacher dans les ruelles les plus sombres, pas besoin d'inlassablement regarder au dessus de son épaule pour être sur de ne pas être suivis par quelques chasseurs de primes envoyés par le Corbeau ou quelques autres emmerdeurs de ce genre. Ici, les avis de recherches et les crimes d'en bas n'existaient plus ! Enfin, dans la simple mesure de bien se tenir ...

    Ah, qu'il pouvait être bon d'être pirate de passage à Cumulus ! Cette ville étant en dehors de la juridiction des Templiers, la pire crapule dans le monde d'en bas pouvait circuler en honnête citoyen dans la ville d'en haut, à ceci prés qu'il n'y ait commis aucun crime assez grave pour être recherché ici aussi. Et puis dans le pire des cas, les officiers de la police de Cumulus étaient facile à corrompre de toute façon, alors dans tout les cas un criminel célèbre sur les mers d'en bas pouvait toujours s'en sortir en donnant un peu de sa personne ...

    Tout du moins, la bande d'individu qui avait investis l'Auberge de la Bière dorée, un petit établissement dans la rue menant à la Bordure de la ville et à l'Aire d'atterrissage de Flyers, n'aurait pas besoin de faire cela. C'est vrai, ils appartenaient peut être tous à une bande de pirate dont le nom avait résonné assez de fois sur la surface du globe pour monter jusqu'aux cieux et atteindre Cumulus, ils n'en restaient pas moins que de simples touristes innocents sur le sol de la cité. En effet, depuis des années que l'équipage venait se réfugier ici quand la situation en bas n'était pas très favorable (cette fois-ci, les Templiers avaient lâché un Nova à leur trousse ...), le chef de l'équipage mettait un point d'honneur à entretenir de bonnes relations avec la cité, pour garder au moins un port d'attache sûr en cas de trop gros pépin.Et puis, il faut bien dire que le statut de "héros" dont bénéficiaient certains membres de l'équipage étaient une bonne raison de plus pour venir à Cumulus.

    Hum ? Qu'est ce qu'un bonne de pirate à bien put faire pour se faire appeler héros dans au moins un endroit dans le monde ? Oh, rien de moins que porter secours et de sauver tout un Flyers de transport civil de Cumulus des canons d'un galions flibustier de Fardrop. D'un pierre deux coups : ce jour là, en plus de donner une bonne leçon à cette bande de gros mauvais de Fardrop, l'équipage du Quetzal d'il y a vingt-cinq ans avaient reçu toute la gratitude de la cité pour avoir sauvé quelques personnes importantes se trouvant à bord du navire ...


    Mais revenons à nos moutons. Comme je disais donc, une petite partie de la bande de pirate (environ une petite vingtaine sur les plus de deux cents membres que comptaient l'équipage) avait investis la salle principale de l'Auberge de la Bière dorée. Ceux-ci ressemblaient moins à des pirates qu'a une bande de gamins. Bien que la fête de la veille au soir avait été rude pour nombres d'entre eux, tout les flibustiers encore présent ce soir avaient relancer les festivités de plus belle.

    Deux soldats de Cumulus avaient été envoyés sur place pour surveiller la bande de touristes innocent, histoire de s'assurer que la petite fête ne dégénère pas, pour la forme, mais plus que de surveiller, le premier des deux soldats était en train discuter à la table de quelques uns des "héros" qui avaient participé au sauvetages vingt cinq ans auparavant, tandis que l'autre chantait, dansait et buvait avec le reste des pirates ... Quand je vous disais qu'ils étaient appréciés ici !


    Enfin bref. Le personnage qui nous intéresse (un peu tout du moins) ne se trouvaient pas dans cette auberge. Lui, il faisait parti de ceux qui s'en était vraiment mis une belle à la fête de la veille au soir et dont la moindre petite pensée grésillait dans sa cervelle au point de la mettre hors service. Il avait prétexté qu'il préférait "rester là et garder le navire" plutôt que de mettre pied à terre avec ses compagnons. Avec lui étaient restés tout ceux qui, comme lui, n'étaient pas vraiment en état de retourner faire la fête en ville, ainsi que les membres de l'équipage dont la tâche était vraiment de garder le navire. Quant au reste de l'équipage, une petite vingtaine était à l'auberge, comme je vous l'ai dit, et tout le reste était partit se balader en ville. En une semaine passée à Cumulus, l'état d'esprit à bord du navire avait bien changée. Eux qui étaient à moitié mort quelques temps plus tôt, après qu'ils soient tombés dans une embuscades tendues par les Templiers au large d'Odiame, ils avaient eu le temps de panser leurs blessure et de regonfler leur moral et étaient pour la plupart à moitié mort dans la ville céleste. Pas pareil, à cause de l'alcool cette fois.

    Là aussi, deux gardes avaient étés envoyés sur le quai d'accostage du navire pour surveiller les pirates. Mais là encore, plutôt que de faire leur boulot, les deux étaient en train de tailler la bavette avec ceux qu'ils étaient censés surveiller. Faut dire que loin de toute la propagande horrible faite sur eux par les média et les avis de recherches à leur encontre, les membres de l'équipage du Quetzal avaient plus l'air de simples voyageurs plutôt que d'horrible pirates. Le soleil commença à toucher l'horizon, les lumières de la ville s'allumèrent une à une, la nuit n'allait pas tarder à se vautrer. Léonar, qui n'était toujours pas dans un très bon état, cuvait tranquillement sur un des banc du quai, dos au titanesque navire que pouvait être le Quetzalcóatl. La situation était trop calme. Il y aurait du sang dans la seconde que ça l'aurait pas étonné ...
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-noerphilie.forumactif.com
Arthadel Bi Lang
Le Loup Noir
Le Loup Noir
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 13/04/2010
Humeur : paisible

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Ven 18 Juin - 18:55

    -¤-

    "Un jour, les mots cachés qui n'ont pas de sens se révéleront, les livres anciens seront de nouveau ouverts, et là, les Loups arrêteront d'être des Ombres pour redevenir les êtres anciens qui ont tant fait couler de sang, alors là... leurs anciens adversaires regarderont de nouveau derrière eux."

    Quelle étrange parole, des plus étrange. Comment cette vieille femme qui se disait voyante avait pu lui révéler un tel avenir, déjà qu'Arthadel ne croyait habituellement pas à tous ces bonimenteurs qui pensent plus au son des jolies piécettes qu'aux réels soucis des gens. Alors pourquoi était-t-il si préoccupé? Etait-ce dû à l'énoncé du mot "Loups"? Personne sur cette terre, en tout cas pas une vieille femme, ne saurait qu'Arthadel était, encore, à la tête des Loups du Vent.

    Arthadel essaya de se calmer, était-elle vraiment une voyante? ou alors était-ce un plan d'un quelconque personnage qui voulait entraîner Arthadel dans une toile dont lui-même ne pouvait en savoir la taille ? Arthadel n'était pas réputé pour être un grand stratège, un fin menteur et encore moins un maître de l'intrigue, mais il se targuait de ne tomber que rarement dans les sombres toiles de mensonges et de ruses adverses, en tout cas, personne de vivant était là pour prôner qu'il avait réussit à pièger Arthadel.

    Dans tous les cas, Arthadel n'était pas prêt, il ne se voyait pas encore revenir dans le camp des Rebelles, il avait encore du travail à effectuer en dehors de leur intérêt immédiat. Arthadel espéra, pour la première fois, que la présumée cartomancienne en soit vraiment une. D'ailleurs, il ne la connaissait pas, il devrait sûrement faire des recherche sur elle plus tard. Si seulement Kyuubei, son ami et Second était là... avec la troupe bien entendu. Partis ! Oui partis, pourquoi avait-il fallu qu'il entreprène une mission contre une misèrable bande de mercenaires, alors que pour une fois, il avait besoin de lui ici !

    Durant un court moment d'anxiété, Arthadel s'arrêta... Il commença à reprendre conscience du monde qui l'entourait. Le Commandant avait tellement été dans ses pensées qu'il en avait occulté son environnement, et pourtant ! Arthadel était sur un des nombreux toits plats des docks parsèmant les alentours de l'air d'attèrissage civil, marchant sereinement sur le bord de celui-ci, à plus de 10 mètres du sol. Un léger sourire passa sur le visage du voltigeur en herbe, c'était sûrement grâce à ses incroyablse (extraodinaires et merveilleux) instincts de Grand Maître qui lui avaient permis de ne point tomber.

    -¤-

    Arthadel courait d'un rythme rapide, avec de petits pas vifs démontrant sa maîtrise de son corps. Ne voulant pas risquer de se blesser les chevilles ou avoir recours à ses pouvoirs plutôt méconnus, en sautant du toit pour rejoindre la rue principale. Arthadel arriva à la fin du Dock, et donc du toit. Le bâtiment en face était bien à 3 mètres, une petite ruelle séparant les deux. Arthadel sauta dans le vide, laissant son corps se faire emporter par la gravité, il se réceptionna de ses deux pieds dans le mur du bâtiment d'en face, tout en se propulsant. L'acrobate effectua de même sur le mur sur lequel il allait s'écraser, lui permettant ainsi de descendre de 10 mètres sans risquer une quelconque blessure, même minime. Arthadel portait grande attention à sa forme physique.

    Le Commandant marchait à présent dans la ruelle, continuant sa route vers une destination précise. N'ayant plus ses propres hommes sous la main, Arthadel dû se contenter de soldats "normaux" de Cumulus. Il fut donc mit au courant que bien après leur venue, l'arrivée de l'équipage du Quetzal, et donc de celle de Léonar Lazar. Arthadel traversa plusieurs endroits, sans le trouver, il maudit intérieurement Kyuubei et ses "missions".
    Remarquant un pirate buvant sur une bite d'amarrage et parlant dans le vide, non trop loin de son vaisseau, Arthadel s'en approcha d'un air tranquille et le pas silencieux. Il se posa devant lui, constata l'état avancé de son état d'ébriété, celà allait peut être l'aider.


    - Je recherche Léonar Zeadric Lazar, Premier lieutenant. Pourrais-tu m'indiquer l'endroit où il se trouve ?

    Le pirate se leva brusquement, d'une manière peu réussie et déséquilibrée, sûrement due à l'alcool. L'homme ivre garda assez d'esprit pour foudroyer du regard l'étranger. A Cumulus, aucun militaire ne portait d'uniforme noir, à part Arthadel bien sûr. Celui-cei l'empoigna par l'épaule et le fit rassoir. Ayant appuyé sur un nerf, il lui avait enlevé momentanément le soutien des muscles de ses jambes. Arthadel glissa ensuite sa main au niveau de la gorge du pirate, le privant des muscles de sa machoire, l'empêchant de parler ou d'hurler, l'homme étant ivre, créant déjà un problème de connexion entre le cerveau et le corps, Arthadel ne savait pas si sa prise allait marcher.

    Il le regarda d'un air calme se voulant amical, mais ses yeux étaient noirs et froids, trahissant une toute autre pensée. Arthadel était encore pertubé par la vieille voyante, il ne serait pas dans son état normal avant plusieurs heures.


    - Voyons... tu crois vraiment que moi, un homme seul puisse causer de rééls problèmes au Premier lieutenant? En plus à Cumulus?

    Arthadel réussit même à accompagner ses paroles d'un sourire paisible. Sous la logique simple, le pirate émêché ne trouva rien à lui redire. le libérant, il laissa le pirate lui expliquer, avec difficulté et moulte agitements de ses bras, la position de Léonar.

    -¤-

    Arthadel marchait normalement et pourtant il ne faisait aucun bruit, étant comme une ombre, bien qu'étant au soleil. Après plusieurs années d'amitité avec Kyuubei, un assassin, il avait eu le temps de d'apprendre certaines choses en plus. Le Commandant approcha donc du banc où était Léonar avec confiance et flegme. Une fois devant le pirate, le visage d'Arthadel s'accorda un léger sourire sincère. Il pouvait considèrer ce pirate comme une vieille connaissance, voire mieux, un ami. Et à part leur différence sur les attentions qu'ils portaient à la gente féminine, Arthadel trouvait de nombreux points de ressemblance entre eux.

    - Salut Pirate frivole, comment vas-tu?

    Pirate frivole, il l'avait surnomé ainsi pour une raison inconnue. Arthadel parlait souvent de lui dans ces termes mais pas en présence de Sunaï, ça aurait été lui avouer détenir une information à son sujet ou un lien avec lui, chose qu'il espèrait éviter, feingnant souvent l'ignorance au sujet de ce pirate.

    - Penses-tu que je devrais convier ma chère élève à cette petite entrevue? Elle serait ravie de te voir, tu sais...

    Un air espiègle compléta ses propos. Oui, en fin de compte, il appréciait vraiment bien le pirate. Au passage, Arthadel remarqua d'avoir oublié de ceinturer Ginryuu. Enfin, si combat il y avait, chose peut probable, Arthadel se débrouillait même mieux sans.

_________________
Est-ce le souffle de la Mort que je sens sur ma nuque? Est-il venu, le temps où tout se jouera, les destins se faisant et se défaisant au gré d'un ennemi dont je connais le visage depuis le jour de ma naissance?

Ô mes amis, est-ce la fin? Aurions-nous trop rêvé au lieu de combattre? Pourtent nos mains sont rouges du sang versé au nom de tant de causes...
Revenir en haut Aller en bas
Léonar Lazar
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Tranquille ...

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Ven 18 Juin - 23:34

    Plus le temps passait, et plus le soleil commençait à baisser vers la ligne d'horizon. Ce soir, Léonar allait se coucher tôt, pour pouvoir être parfaitement d'attaque le lendemain, et surtout pour retourner à la taverne pour "soutenir la cause pirate". Il se leva tout doucement de son banc, une main posée sur son front chaud, la second calée sur l'arrière de sa hanche, le dos incliné en arrière, pour s'étirer la colonne vertébrale, le tout en lâchant un long bâillement. Je sais, je sais. Vu l'état du pirate, vous vous dites surement qu'il en fait trop, qu'il devrait se calmer un peu pour ne pas être surmener. En effet, vous avez raison, une activité trop énergique peu être dangereuse pour la santé, je lui dirais au passage pour qu'il se repose un peu, le pauvre. Dur dur, la vie de pirate ...
    Néanmoins, avant que le prestigieux Premier Lieutenant du Quetzal n'entame le chemin le menant à ses quartiers, une voix l'interpella.

    - Salut Pirate frivole, comment vas-tu?

    Léonar ne dit rien, ne fit rien, tournant au ralenti.

    - Penses-tu que je devrais convier ma chère élève à cette petite entrevue? Elle serait ravie de te voir, tu sais...

    Comment ça "Pirate frivole" ? Raaah mais il n'était pas frivole ! C'était juste qu'il aimait les femmes ! Quand les gens comprendront ils la différence qui sépare le pur gentleman propre sur lui à l'obscène et vulgaire coureur de jupons ?
    Et puis ... Être appelé ainsi ici, à Cumulus, la cité céleste, pourtant censée être coupée du monde, je vous avoue que Léonar ne s'y attendais pas vraiment. Quelqu'un le connaissais aussi bien que ça ? Jetant un oeil vers l'endroit d'où venait la voix, une vague impression de déjà vu submergeat Léonar. Il avait déjà vu ce type quelque part. Oui, mais où ? Telle était la question. Ah, et puis c'était quoi déjà son nom à ce type ?
    Artha, Artha ... Arthias ? Nan, lui il était travelo et bossait dans les alentours d'Erendaz, il avait pas grand chose à faire à Cumulus ... Attend. Dans le nom de ce type, y avait un truc en "el" aussi. Hum ... Nan, franchement, là, je vois pas ...
    Ah si ! Enfin la mémoire lui revenait ! Ce type, c'était ...

    - M'sieur Mortadelle ?!

    Enfin, je crois. Le peu d'alcool présent dans le sang du pirate suffisait apparemment pour rendre sa vue quelque peu floue, et par conséquent, il n'était pas bien sur d'avoir l'homme qu'il pensait devant lui. Léonar se tourna vers lui, mais, n'ayant le temps de dire un mot de plus, un homme arriva de derrière l'homme en noir. A la voix, il reconnu tout de suite le vieux Disco. Le pauvre, lui aussi s'en était mis une bien mauvaise la veille au soir. Ce souvenir quelque peu vague fit doucement ricaner Léonar.
    Mais ce dernier déchanta vite au récit que le vieux pirate lui fit. Alors comme ça, ce type en noir l'avait attaqué alors qu'il cuvait sans défense ? Quel comportement inacceptable ! Au moins maintenant Léonar en était sur, ce n'était pas Mr. Mortadelle qu'il avait devant lui, mais bien un simple inconnu. Mr. Mortadelle était un officier de Cumulus et un homme de confiance par dessus le marché ! Deux raisons qui faisaient que cet inconnu ne pouvait pas être lui !
    Un inconnu venu chercher la merde apparemment. Qu'à cela ne tienne. Si il était venu chercher des crosses à l'équipage du Quetzal, cet agresseur allait vite déchanter : il se trouvait face à face avec ce qui devait être le seul homme au monde à être largement plus redoutable au combat bourré plutôt que sobre !

    - Lever la main sur ... un membre du Quetzal c'est ... comme signer son arrêt de mort, trou d'uc' ...

    Bien que les deux pauses qu'il fit dans a phrase furent pour s'empêcher de vomir, faisant envoler le peu de crédibilité et d'intimidation qu'il pouvait encore avoir, Léonar s'approcha doucement - en titubant, surtout - de l'inconnu, posa ses mains sur les deux épaules de ce dernier, de dressa de tout son haut devant lui et lui mis un coup de boule, si violent, si rapide, si raté, que par la grand élan qu'il voulu prendre pour mettre k.o son adversaire en un seul coup, il fut déséquilibrer et attiré en arrière, se retrouvant rapidement allongé sur le dos, assommé d'un coup de tête contre le sol.
    Il gisait contre le sol, devant l'inconnu en noir, prouvant une fois de plus la grande valeur des hommes du grand équipage pirate du Quetzalcóatl aux yeux du monde ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-noerphilie.forumactif.com
Arthadel Bi Lang
Le Loup Noir
Le Loup Noir
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 13/04/2010
Humeur : paisible

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Sam 19 Juin - 17:32



    - M'sieur Mortadelle ?!

    Voyons, même sous alcool, même avec cette maudite mémoire de poisson rouge, il ne serait jamais asser fou pour cela ?... Hélas, Arthadel le réapprit: Il ne devait jamais sous-estimer ce Pirate frivole.

    - Lever la main sur ... un membre du Quetzal c'est ... comme signer son arrêt de mort, trou d'uc' ...

    Arthadel resta de marbre face à la pseudo tentative d'attaque du pirate émêché, et même, cela ne l'aurait pas fait grand mal. Les Maîtres en Arts Martiaux ont des os sept fois plus solides qu'un humain normal. D'après de récente étude, ça serait grâce à la constitution même de l'os en échelle qui se brise de par les années d'entraînement, Arthadel avait lu quelque chose du genre dans un livre.

    Enfin, les théories et autres explications douteuses serait pour plus tard, comment allait-il réagir, ou plutôt, comment le devrait-il ?...

    Le Commandant avait l'habitute de diverses situations avec ses Loups du Vent. Ils étaient sûrement pire que les pirates, mais eux n'avait pas l'excuse de la boisson, ils faisaient sans. Oui, pire! Tentative de meutre, sabotage, insultes en tout genre ou encore destruction massive à chaque mission, créant des retomber sur Arthade lui-même, que de joie!

    Ma foi, Arthadel avait donc prit une certaine habitute à tout cela, une sorte de patience ou plutôt de désespoir profond qui ne le faisait même plus réagir à la pire des situations.
    Surtout qu'il connaissait ce pirate depuis déjà un bon moment, oui il l'avait connu jadis. Durant un séjour à Alistia, Arthadel avait... Quoi? D'accord... Un autre jour. Pour résumer, Arthadel avait déjà été confronté à Léonar ivre, ou encore à sa mémoire défaillante, mais jamais aux deux à la fois! Le Commandant ne savait plus vraiment quoi faire. Le laissez là? Il oublirait sûrement qu'il l'avait vue, surtout qu'il c'était fait ça seul...

    Arthadel s'approcha un peu du pirate cloué au sol par sa propre stupidité. Heureusement, il faisait beau temps, le soleil, un peu de vent frais, voila une bonne journée, enfin jusqu'à Léonar. Le Commdandant fit quelques signes de la main à l'autre pirate, le signalant que tout allait bien. Le pirate partit, pour chercher des renforts? Peut être, Arthadel s'en fichait un peu d'ailleurs.


    - Léon, léon... J'avais déjà l'habitude pour ta mémoire et de tes manières de coureur de jupon... mais là. Je devrais peut être te donner quelques coups? Les souvenirs reviendront peut être...

    Il plia les genous, restant ainsi debout, juste au dessus de léonar. Il fit mine de lui asséner une claque, mais se ravisa. Arthadel ne préféra pas créer encore plus de problème, après tout, il était ivre, comment savoir ce que le pirate allait faire?

    - Ou alors, une nuit au cachot? ça ne peut pas te faire de mal. Que préfère tu comme repas: pain rassis ou pain moisis?

    Par la barbe de Ahien, il avait besoin de parler affaire avec Léonar. Arthadel sortit une petite fiole, le contenu était d'une couleur violet clair. Arthadel aimait frabriquer diverses potions grâce aux plantes, cela l'avait déjà sortie de grave problème, comme face au poison, et même à la magie. Cette potion préparer à l'avance avait pour effet de rendre l'esprit plus clair, souvent face à la douleur. D'utilité pendant les actes de tortures, elle pouvait aussi être utilisé pour tout produit qui embrumait l'esprit, l'alcool par exemple.

    - Voila une potion pour t'aider à sortire de ton état d'ébriété.

    Arthadel bu un peu de la potion pour montrer au pirate que ce n'était pas du poison, vu l'état où il était, Arthadel devait presque agir comme si il était un inconnu à ses yeux. Il le lui posa sur le torse, avec un petit soupire de lassitude.

    C'était le crépuscule, Arthadel adorait cette période de la journée. Mais en ce moment, il ne ressentait rien, cette vieille voyante l'avait plus troublé qu'il avait lui-même pensé. Le Commandant se releva, pour mieux regarder le couché du Soleil, son poing se serra de frustration.

_________________
Est-ce le souffle de la Mort que je sens sur ma nuque? Est-il venu, le temps où tout se jouera, les destins se faisant et se défaisant au gré d'un ennemi dont je connais le visage depuis le jour de ma naissance?

Ô mes amis, est-ce la fin? Aurions-nous trop rêvé au lieu de combattre? Pourtent nos mains sont rouges du sang versé au nom de tant de causes...
Revenir en haut Aller en bas
Léonar Lazar
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Tranquille ...

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Dim 20 Juin - 20:40

    - Léon, léon... J'avais déjà l'habitude pour ta mémoire et de tes manières de coureur de jupon... mais là. Je devrais peut être te donner quelques coups? Les souvenirs reviendront peut être...

    Ce ton si suffisant et sur de lui écarta peu à peu de l'esprit de Léonar l'éventualité de l'individu et rapprocha celle que ça soit Mr. Mortadelle. Oui, oui, pas mortadelle, un truc dans ce genre, quoi !
    Le pirate, allongé au sol dans sa position d'étoile de mer, toujours dans son état semi-comateux, dévisagea le type qui était accroupi en face de lui, sans que la mémoire, même pas un brin, ne lui revienne.

    - Ou alors, une nuit au cachot? ça ne peut pas te faire de mal. Que préfère tu comme repas: pain rassis ou pain moisis?

    Quelle délicate intention ... Honnêtement, Léonar espérait pour l'homme qu'il plaisantait ou qu'il avait des cachot solide, parce que dans un cas comme dans l'autre, il était bien évident que le pirate ne comptait pas rester ici bien longtemps. L'équipage avait prévu de mettre les voiles dans peu de temps.
    Néanmoins, la voix, le ton, les couleurs (pas les formes, il voyait encore trop flou pour pouvoir les distinguer) que Léonar distingua commencèrent à faire remonter en lui les souvenirs qu'il avait du Commandant de Cumulus avec qui il avait l'habitude de faire des affaires ...

    - Voila une potion pour t'aider à sortir de ton état d'ébriété.

    Ah bah si en fait, ça devait être lui. Des manières aussi distinguées mêlées à des propositions aussi brutales, une main de fer dans un gant de velours en gros, c'était bien le genre de son interlocuteur, si sa mémoire ne défaillait pas une fois de plus tout du moins. Mais n'ayant pas la vue pour autant défaillante et voyant bien qu'il se relevait, Léonar se dépêcha d'attraper le bras du Commandant, celui avec lequel il avait posé la fiole sur le torse du pirate, et l'obligea donc à l'aider à se relever. Dans un même temps, Léonar récupéra la fiole dans son autre main. Ayant le dos ballotant dans le vide un court moment, Léonar manqua de peu aux deux hommes de tomber, mais en peu de temps, il fut sur ses deux jambes, maintenant occupé à examiner du plus prés possible la fiole qu'on venait de lui offrir.
    Quelques secondes plus tard, et levant bien haut la fiole, Léonar dit :

    - Un remède contre le cuite, hein ? C'est pas une potion votre truc, chef, c'est une bénédiction !

    Maintenant que le pirate avait généreusement profité de l'aide de son interlocuteur pour se relever, d'une manière un peu forcée certes, Léonar retira le bouchon de la fiole avec les dents et le recracha violemment, avalant sans plus attendre la mixture violette. Une fois ceci fait, Léonar ne ressenti pas grand chose de spécial. L'effet de ne devait pas être immédiat. Ah, si, un seul effet était perceptible pour l'instant : une impression horriblement pâteuse dans la bouche. C'était malheureux à dire, mais maintenant qu'il avait fait cul-sec avec cette soi-disant potion magique anti-gueule de bois, la seule envie qui l'habitait à présent, c'était de s'envoyer une bouteille de rhum entière pour supprimer l'horrible effet pâteux de sa bouche ...
    Enfin bref, nous parlerons de ça plus tard. Si l'homme qu'il avait en face de lui avait pris la peine de venir jusqu'ici, ce n'était surement pas pour parler du beau temps. Ça aurait été un autre Commandant de Cumulus, passe encore, mais celui-ci, aussi bien que le connaissais Léonar, ce n'était pas vraiment son genre. Il était venu faire des affaires, et ce n'était pourtant pas au plaisir de Léonar. Je m'explique : ayant un grand sens de la loyauté et de l'intégrité, le fait qu'un officier d'une quelconque nation traite avec des brigands de l'espèce des pirate du Quetzal, ça ne lui plaisait pas trop. Pour tout vous dire, Léonar ne lui faisait qu'a moitié confiance. Il sentait bien que l'être en face de lui pouvait être prêt à tout et n'importe quoi pour conserver son poste. Et il lui était même dans l'idée que tout Commandant qu'il soit, ça restait un homme, et pour toute l'expérience que le pirate avait sur cet espèce, il n'était donc pas net ...
    Comment Léonar pouvait le savoir ? Pff ! Facile ! Il était exactement pareil !
    Enfin, d'un autre coté, tant qu'il lui permettait de s'en mettre plein les poches, ce n'est pas pour vous mentir que je vous avouerais que Léonar n'en avait pas grand chose à faire, tout du moins tant qu'il y mettait le prix. Et tout inquiétant qu'il soit, les membres du gouvernements et de l'armée auxquels le Quetzal versait quelques "subventions" en échanges de certaines informations permettrait à Léonar d'être informé si jamais il se passait quelque chose d'inquiétant du coté du Commandant ...
    Mais bordel, toujours pas moyen de remettre le doigt sur son nom ... Qu'à cela ne tienne, il n'était pas question qu'il exhibe son trou de mémoire et passe pour un con devant un type de ce genre, dorénavant, il l'appellerait chef.
    Le remède faisant peu à peu son effet, Léonar repris son air grave et se dirigea vers la passerelle reliant le quai au navire. Il fit un signe de la main à Arthadel - voilà, c'est ça ! Arthadel ! - pour qu'il le suive. Les deux hommes passèrent sur la passerelle jusqu'au large pont du navire, qu'ils traversèrent en diagonale jusqu'à arriver devant le bâtiment posé sur le navire, devant la haute tour de commandement du navire pour être précis, et la lourde porte de métal à sa base. Léonar l'ouvrit et s'enfonça dans le couloir qui s'offrait aux deux hommes, faisant une fois de plus signe à Arthadel de le suivre. Au fil du couloir, on pouvait déjà voir plusieurs escaliers menant aux étages supérieurs et inférieurs de l'imposant navire. L'intérieur était en bois sculpté, les murs parsemés d'affiches de papiers. Les hommes de l'équipage avait pour habitude de surnommer ce long corridor de "hall de gloire", surnom dû à ces affiches de recherches, et leurs larges "WANTED", imprimés entre la photo de l'intéressé et la prime offerte en l'échange de sa capture. Léonar passa devant la sienne, et poussa un petit ricanement d'autant pour la photo que pour la prime exorbitante qui y avait été inscrite ...

    Enfin, les deux hommes arrivèrent enfin à l'autre bout du couloir, devant le seconde porte de métal, que Léonar ouvrit aussi. Ils entrèrent dans une vaste salle faisant office de taverne, avec dans un coin un bar, dans un autre, des tonneaux couverts d'une bâche et solidement attachés par des cordes, le centre de la pièce, était lui occupé par une demi-douzaines de grandes tables rondes, certaines étant occupées par quelques pirates à leur arrivé. Léonar partit s'asseoir à une des tables vides, et invita Arthadel à faire de même. Une fois que celui-ci se soit assis, Léonar dit haut et fort :

    - Barman, un truc à boire pour notre invité, et le double pour moi !(en se retournant vers Arthadel)- Alors, chef, qu'est ce qui vous amène ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-noerphilie.forumactif.com
Arthadel Bi Lang
Le Loup Noir
Le Loup Noir
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 13/04/2010
Humeur : paisible

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Lun 21 Juin - 17:36



    - Un remède contre le cuite, hein ? C'est pas une potion votre truc, chef, c'est une bénédiction !

    Chef ! Chef ? Voila quelque chose de nouveau, était-ce parce qu'il était Commandant et qu'il se trouvait actuellement à Cumulus ? Ou ledit pirate se raillait de lui ? Enfin, il devrait déjà être content. Léonar se souvenait en tout cas un peu de lui, c'était déjà ça.

    Bon gré, mal gré, Arthadel aida le lieutenant à se relever et le suivit, l'accompagnant pour pénétrer dans le Navire pirate. Il n'y était entré que rarement, une ou deux fois. Le Commandant était toujours aussi impressionné par le Quetzalcóatl, mais se garda bien de le montrer. Son propre Croiseur était bien 20 fois plus petit que ce Navire pirate, enfin, croiseur, c'était beau dire, il ressemblait plus à un Croiseur miniature ou à un Flyer, mais c'était bien sûr voulu.

    Arthadel passa devant l'avis de recherche de Léonar, il le connaissait déjà, mais à sa vue, il lui rappela le sien. Il devait sûrement être couvert de poussière dans une quelconque salle d'archives Templière. Pas mal de monde le croyait mort, et pour le moment c'était très utile.

    Arthadel s'instala tranquillement dans la chaise, laissant Léonar passer commande. Les quelques pirates dans la salle regardèrent Arthadel, mais le laissèrent tranquille, voyant qu'il était avec Léonar. Enfin, lui et sa mémoire... il devait pourtant savoir qu'Arthadel ne buvait pas, ne serait-ce qu'une goutte d'alcool, question d'éducation. Ce Pirate frivole avait sûrement omit qu'Arthadel était un Grand Maître du temple Kashima, héritier et successeur du Style Kashima Shin Ryu, et donc avait la légitimité de fonder un Ordre d'Arts Martiaux. Enfin, qu'il le sache ou pas, cela ne devait pas vraiment l'intéresser, Arthadel lui même ne portait pas grande importance à ce côté là de sa vie.


    - Barman, un truc à boire pour notre invité, et le double pour moi !

    Le Commandant garda son verre d'alcool en main, mais sans en boire. Il avait d'autres préoccupations en tête, de futurs actions importantes à mettre en route, et certaines dépendaient largement du bon vouloir du pirate assis à ses côtés...

    - Alors, chef, qu'est ce qui vous amène ?

    Arthadel allait enfin pouvoir entrer dans le vif du sujet. Il se passa d'introduction, de belles paroles, il était pressé en plus de n'être pas clair d'esprit à cause de la voyante. Le Commandant déballa donc sa demande rapidement et clairement. Il s'avanca un peu sur la table et serra ses mains au niveau de son visage, cela lui donnait un air plus sérieux. Il espéra que cela allait faire comprendre au pirate que c'était important, voire crucial.

    - Je vais être franc et clair, Léon. J'ai besoin de ton aide, de ton soutien, tu seras payé si c'est cela que tu veux. J'aurais donc besoin de ce navire, et surtout de la réputation qu'il laisse derrière lui. La chose est simple, vous n'appréciez pas les Templiers, tant mieux, vous pourrez même en tuer quelques uns, au passage.

    Arthadel garda le silence un moment, il prit quand même son verre et en avala un peu, la potion qu'il avait prit devrait encore faire un peu effet, au moins pour un verre.

    - Tu connais les récifs de Mhinas? C'est une entrée dangereuse de la Zone Nebel. Il faudrait simplement que vous passiez "taquiner" un Croiseur Templier en particulier pour que celui-ci se lance à votre poursuite. Cela créera une certaine agitation à bord, permettant à moi et quelques uns de mes hommes de nous y infiltrer. Ainsi, je pourrais passer le boujour au Commandant dudit Croiseur...

    Arthadel se redressa sur son siège, une lueur de colère passa dans ses yeux. Sans le vouloir, Arthadel libéra du Ki dans sa main, la chope y étant toujours, pourtant en bois elle explosa avec son contenu qui se répandit sur la table. Le Commandant se ressaisit et se calma avant de poursuivre, tout en ignorant le liquide qui s'écoulait.

    - Avoue qu'il n'y a rien de compliqué pour vous, et encore moins de dangereux. Quoique, les récifs de Mhinas le sont pas mal, mais vous êtes des pirates, non ? Qu'en penses-tu ? Et surtout, que demandes-tu en échange d'une telle faveur ?

_________________
Est-ce le souffle de la Mort que je sens sur ma nuque? Est-il venu, le temps où tout se jouera, les destins se faisant et se défaisant au gré d'un ennemi dont je connais le visage depuis le jour de ma naissance?

Ô mes amis, est-ce la fin? Aurions-nous trop rêvé au lieu de combattre? Pourtent nos mains sont rouges du sang versé au nom de tant de causes...
Revenir en haut Aller en bas
Léonar Lazar
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Tranquille ...

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Mar 22 Juin - 22:55

- Je vais être franc et clair, Léon. J'ai besoin de ton aide, de ton soutien, tu seras payé si c'est cela que tu veux. J'aurais donc besoin de ce navire, et surtout de la réputation qu'il laisse derrière lui. La chose est simple, vous n'appréciez pas les Templiers, tant mieux, vous pourrez même en tuer quelques uns, au passage.

Déjà, Arthadel partait mal. Il est vrai qu'officiellement, les pirates se battaient contre les Templiers, mais à l'heure actuel, Léonar, l'équipage du navire tout entier et même le capitaine du Quetzal n'avaient pas grandes raisons pour "ne pas apprécier" les Templiers au point où Arthadel pouvait l'entendre, au point d'en tuer "quelques uns". Pour tout vous dire, c'est dans des temps de conflit comme celui-ci que les affaires des pirates sont aux mieux. Le gouvernement est trop occupé sur le problème Rebelles pour donner la chasse aux pirates, et de leur coté, les Rebelles ont parfois besoin d'assistance, et font donc appel à ces fier "observateur externes" que sont les pirates. Que demander de plus ?

- Tu connais les récifs de Mhinas? C'est une entrée dangereuse de la Zone Nebel. Il faudrait simplement que vous passiez "taquiner" un Croiseur Templier en particulier pour que celui-ci se lance à votre poursuite. Cela créera une certaine agitation à bord, permettant à moi et quelques uns de mes hommes de nous y infiltrer. Ainsi, je pourrais passer le bonjour au Commandant dudit Croiseur...

Là, Léonar s'était calé contre le dossier de son siége, les yeux fermés, son verre en main, posé sur son estomac, écoutant bien attentivement les propos d'Arthadel. Les récifs de Mhinas, en effet, il connaissais bien. Un grand champs de récif entourant l'île de Mhinas elle même, un petit lopin de terre perdu au milieu de l'océan. Pas de végétation, encore moins d'animaux, que des cailloux. A vrai dire, le pirate fut surpris que les Templiers y ai dépêché un Croiseur. A ce qu'il savait, il n'y avait aucune activité rebelles dans ces récifs, et ce n'était pas non plus le chemin le plus court ou le plus sur pour rallier Alistia. Enfin, ça, passe encore, on s'en fichait. Qu'est ce que Arthadel - ou Cumulus, allez savoir - pouvait bien faire d'un Croiseur Templier ?

- Avoue qu'il n'y a rien de compliqué pour vous, et encore moins de dangereux. Quoique, les récifs de Mhinas le sont pas mal, mais vous êtes des pirates, non ? Qu'en penses-tu ? Et surtout, que demandes-tu en échange d'une telle faveur ?

Léonar répondit avec un ton très grave et avec une voix aussi sèche que possible.

- Hum ... Une chose seulement. Pour le peu que je sache, si vous vous adressez à des pirates pour attirer ce croiseur loin de sa position, c'est, je pense, que vous ne voulez pas que les Templiers remontent jusqu'à vous, n'est ce pas ? Et par conséquent, tout les blâmes nous retomberons dessus. Ça, à la limite, passe encore, ça serait pas la première fois qu'on se mouille pour Cumulus. Je t'en demanderais donc cents millions de Couronnes. Payable d'avance.

Prés avoir bien épelé chaque mot composant cette somme astronomique, Léonar releva la tête, lâchant un ricanement plutôt glacial. C'est vrai qu'une somme pareille était énorme, et Léonar le savait, mais c'était uniquement dans le but de mettre Arthadel. Pour tout vous dire, Léonar sentait que ce n'était pas en fier Commandant de Cumulus qu'il comptait accomplir ce qu'il demandait. Et sur qui ça allait retomber ? Le Quetzal. C'est vrai que le navire pouvait affronter un Croiseur sans difficulté, mais quand même, de la à dire que ça allait être sans danger ...
Léonar, qui reprit un air plus détendu voir moqueur, pris un petit rictus et fixa de ses yeux bleus deux d'Arthadel, sans détourer le regard, tout en croisant ses jambes sur la table. Il leva son verre vers Arthadel, puis dis :

- Joli somme quand on y réfléchi, pas vrai ? Mais bon, si tu fait ça au nom de Cumulus, et que les types au dessus de toi dans la hiérarchie tiennent absolument au succès de ce que tu me demande, tu ne devrais pas trop avoir de mal à trouver l'argent, non ? Nous pourrions même appareiller dés ce soir si tu le veux ...


[dsl c'est trés court, pas trés inspiré x_x]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-noerphilie.forumactif.com
Arthadel Bi Lang
Le Loup Noir
Le Loup Noir
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 13/04/2010
Humeur : paisible

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Mer 23 Juin - 16:10



    - Hum ... Une chose seulement. Pour le peu que je sache, si vous vous adressez à des pirates pour attirer ce croiseur loin de sa position, c'est, je pense, que vous ne voulez pas que les Templiers remontent jusqu'à vous, n'est ce pas ? Et par conséquent, tout les blâmes nous retomberons dessus. Ça, à la limite, passe encore, ça serait pas la première fois qu'on se mouille pour Cumulus. Je t'en demanderais donc cents millions de Couronnes. Payable d'avance.

    Cent millions de Couronnes ? Mais de qui il se foutait ce pirate ! Avec une telle somme, Arthadel pouvait bien engager quatre flyers mercenaires ! Mais les mercenaires agissent que rarement face aux Templiers, et encore moins de leur propre initiative, mercenaire voulait dire commanditaire... et Arthadel ne voulait justement pas laisser de trace. Le Commandant resta impassible devant les propos de Léonar, il avait l'habitude, et avait déjà traité avec des gens plus dangereux et monnayé des sommes beaucoup plus grandes. Etant avant tout une mission secrète, Arthadel devra payer de sa poche... heureusement qu'il avait une tonne d'objets en tout genre dans ses réserve, certains valaient bien la somme que ledit pirate demandait.

    - Jolie somme quand on y réfléchi, pas vrai ? Mais bon, si tu fait ça au nom de Cumulus, et que les types au dessus de toi dans la hiérarchie tiennent absolument au succès de ce que tu me demande, tu ne devrais pas trop avoir de mal à trouver l'argent, non ? Nous pourrions même appareiller dés ce soir si tu le veux ...

    Ce sourire, ce ricanemment, cela ne fit qu'énerver encore plus Arthadel, il l'était déjà passablement. Le Commandant, non le Rebelle, se leva de son siège avec brusquerie, le faisant tomber en arrière. Il applatit la table de ses deux mains, la brisant presque. Le Vengeur releva la tête et regarda droit dans les yeux de Léonar. Ses yeux, habituellement sereins ou encore froids en cas de problème brûlaient d'une lueur d'une rouge colère, une véritable haine. Sa main gauche s'était écrasée sur ce qui était auparavant sa chope, lui ouvrant une profonde blessure à la main, le sang coulait sur la table tout en ce mélant à la bière.

    - Que crois-tu pirate ! que je suis droit et que j'agis avec honneur parce que je suis Commandant ?! Cette histoire est la mienne, je compte bien faire appel à mon meilleur Mage pour incinérer le Commandant Templier sur ce foutu Croiseur. Un feu qui le consumera lentement, et qui lui permettra de lui faire sentir sa peau se rétracter sous la chaleur, une douleur des plus atroces !

    Arthadel avait parlé fort et avec rage, le laissant presque essoufflé. Arthadel regarda autour de lui, la plupart des pirates présents avaient arrêté leur propres discussions et observaient la table où se trouvait leur lieutenant. Il réussit à se ressaisir, reprenant un visage normal, mais gardant des traces de nervosité. Arthadel se retourna, de frustration et colère, il donna un coup de pied dans la chaise à terre, la faisant voler sur quelques mètres dans la taverne. D'un mouvement rapide, il se retrouna et contourna la table ronde pour se trouver par la suite tout près de Léonar. Avec une voix calme, mais trahissant quelques sursauts incontrôlés, il continua.

    - Je t'apprécie bien léon, vraiment, tu es juste passablement chiant en affaire, mais j'ai l'habitude. C'est une raison personnelle qui me pousse à agir, réfléchis Léon, si Cumulus m'avait envoyé une telle demande, j'aurais alors mis en route une flotte de l'armée et aurait abattu ce fichu croiseur. On m'a bien surnommé par ici le Dieu de la Desctruction, j'ai l'habitude des actions plus ou moins barbardes.

    Arthadel prit quelques documents dans sa veste, de sa main gauche, la droite étant en sang, et les déposa devant Léonar sur la table. Il montra du doigt lesdits papiers.

    - Il y a les schémas de patrouille du Croiseur, les plans de leur navires, ainsi que leur force en hommes et artillerie. Le plan et démarche à suivre y sont expliqués, tu auras ton argent, je n'ai jamais posé de problème jusque là durant nos "échanges" après tout.

    D'un petit mouvement de la tête Arthadel salua le pirate, et partit en direction de la sortie de la taverne, en passant entre les diverses tables. Juste devant la porte, Arthadel fit un temps d'arrêt et tourna un peu sa tête.

    - Je le redis, je t'apprécie bien, j'aime bien habituellement nos entrevues, mais il est déjà rare qu'on se voit, mais si cette mission se passe bien, je pense que je ne pourrais plus rester longtemps à Cumulus, enfin si j'ai vraiment besoin de toi, je sais où te trouver, même si mes prochaines visites seront peut-être que par plaisir.



[Pas bien gros non plus ^^ Tu peux, si tu veux, conlure par un petit rp, mais c'est la fin. Juste l'avis de ton perso, on rp sur un autre pour la mission, si on la fait Wink ]

_________________
Est-ce le souffle de la Mort que je sens sur ma nuque? Est-il venu, le temps où tout se jouera, les destins se faisant et se défaisant au gré d'un ennemi dont je connais le visage depuis le jour de ma naissance?

Ô mes amis, est-ce la fin? Aurions-nous trop rêvé au lieu de combattre? Pourtent nos mains sont rouges du sang versé au nom de tant de causes...
Revenir en haut Aller en bas
Léonar Lazar
Admin
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 24/02/2010
Age : 23
Humeur : Tranquille ...

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   Mer 23 Juin - 19:23

- Que crois-tu pirate ! que je suis droit et que j'agis avec honneur parce que je suis Commandant ?! Cette histoire est la mienne, je compte bien faire appel à mon meilleur Mage pour incinérer le Commandant Templier sur ce foutu Croiseur. Un feu qui le consumera lentement, et qui lui permettra de lui faire sentir sa peau se rétracter sous la chaleur, une douleur des plus atroces !

Pour tout vous dire, non. Léonar ne croyait pas un instant qu'Arthadel comptait agir dans le cadre de son titre de Cumulus. Il doutait même qu'il fasse ça au simple nom de Cumulus, pour ainsi dire. Et cet accès de colère en était bien la preuve. Se serait il vraiment sentit offensé au point d'envoyer valdinguer une chaise s'il faisait ça sous ordre de ses supérieurs ? Le pirate n'en croyait pas un mot. Et en parlant de pirate, les autres qui se trouvaient dans la taverne au moment de l'accès de colère du Commandant stoppèrent leurs conversations respective, certains se levèrent même, le fixant tous, la main posée sur leurs armes pour la plupart d'entre eux. Léonar, toujours les jambes croisées sur la table, en équilibre sur deux pieds de sa chaise, leva la main en l'air et fit signe de la main à ses collègues de ne pas faire attention de vaquer à leurs occupations. Tous se rassirent, mais Léonar pu apercevoir, d'un rapide coup d'œil, que quelques uns de ses compagnons avaient toujours la main sur leurs armes. Tout du moins, il ne pu voir cela que très brièvement, car à ce moment même, le Commandant le foudroyait du regard, et Léonar en fit de même, bien résolu à ne pas baisser les yeux.
Le Commandant, semblant s'être calmé, quitta sa frustration et mis un coup de pied dans la chaise, puis s'approcha du pirate.

- Je t'apprécie bien Léon, vraiment, tu es juste passablement chiant en affaire, mais j'ai l'habitude. C'est une raison personnelle qui me pousse à agir, réfléchis Léon, si Cumulus m'avait envoyé une telle demande, j'aurais alors mis en route une flotte de l'armée et aurait abattu ce fichu croiseur. On m'a bien surnommé par ici le Dieu de la Destruction, j'ai l'habitude des actions plus ou moins barbardes.

- Il y a les schémas de patrouille du Croiseur, les plans de leur navires, ainsi que leur force en hommes et artillerie. Le plan et démarche à suivre y sont expliqués, tu auras ton argent, je n'ai jamais posé de problème jusque là durant nos "échanges" après tout.

Léonar pris les documents en main, les observa quelques secondes, sans rien dire, gardant son regard fixé sur Arthadel. C'était évident qu'il ne faisait pas ça pour Cumulus, et si il était prés à payer une somme si importante et qu'il avait réussi à obtenir des renseignement aussi précis que les patrouilles de ce croiseur, c'est qu'il devait parier gros sur cette intervention. Décidément, cette affaire titillait de plus en plus la curiosité du pirate, en même temps que sa crainte et ses doutes envers le Commandant. Maintenant, le pirate hésitait entre deux raison qui le pousseraient à prendre d'assaut un Croiseur Templier : soit c'était quelque chose à l'intérieur de ce vaisseau qui l'intéressait, et je dois bien vous avouer que si les Templiers planquaient des trucs assez important pour qu'un homme soit prés à débourser cent millions de couronnes sans essayer de négocier, croyez le bien, Léonar en serait désolé, mais il n'hésiterais pas à couper l'herbe sous le pied d'Arthadel et de mettre les voiles avec l'objet en question, en laissant le Commandant en plan. Pourtant, cette solution paraissait assez invraisemblable aux yeux du pirate : il faudrait que les Templiers soient devenus sacrément con pour cacher quelque chose valant peut être plus de cent millions dans un Croiseur.
La seconde supposition du pirate, beaucoup plus pertinente à ses yeux et celle qu'il comprenait le moins, c'est que Arthadel en avait après le commandant du croiseur lui même. Un truc personnel peut être, dans lequel cas Léonar n'en avait pas grand chose à faire ...

- Je le redis, je t'apprécie bien, j'aime bien habituellement nos entrevues, mais il est déjà rare qu'on se voit, mais si cette mission se passe bien, je pense que je ne pourrais plus rester longtemps à Cumulus, enfin si j'ai vraiment besoin de toi, je sais où te trouver, même si mes prochaines visites seront peut-être que par plaisir.

Mais d'un autre coté, maintenant que j'y pense, les deux suppositions étaient peut être les bonnes. Peut être que le commandant du Croiseur savait quelque chose d'important, et si c'était bien le cas, Léonar comptait bien arracher ce brave homme des mains d'Arthadel, synonymes de mort pour lui, pour lui permettre de mieux faire connaissance avec la salle d'interrogatoire du Quetzal ! En gros, en plus des cent millions escroqués à Arthadel, Léonar serait en possessions de quelques informations précieuses !
Gardant cette belle idée à l'esprit, Léonar répondit :

- Rendez-vous ici, aux alentours de minuit. Un conseil, soit en avance, car passé cet horaire, nous décollerons sans t'attendre. Le chemin vers Mhinas est long, et il faudra donc que nous mettions plein gaz si nous voulons profiter de l'effet de surprise que nous offrira la brume de matin. Apporte l'argent, et si tu amène des hommes, veille à ce qu'ils se tiennent à carreaux.
Ah, une dernière chose : tout bien réfléchi, je pense t'accompagner à bord de ce croiseur. Qui sait, avec de la chance, nous aussi nous pourrions y trouver quelque chose à gagner ...


Sur ces paroles, et sans attendre la moindre réponse de la part d'Arthadel, Léonar se leva et se dirigea vers la porte de métal, ornée différemment de celles qu'ils avaient empruntés pour arriver dans la taverne du navire. Derrière celle-ci se cachait un ascenseur menant tout droit aux niveaux supérieurs et plus précisément à la salle de commande du navire et à la cabine du capitaine. Mais ce dernier étant absent à ce moment là, pour régler quelques affaires à Alistia si vous voulez tout savoir, c'est Léonar qui était en charge de l'équipage, capitaine de substitution d'une certaine manière, bien que ce titre le répugne. Avant de disparaitre dans l'ascenseur, le lieutenant du Quetzal fit un léger mouvement de tête à deux des robustes pirates présents dans la taverne, pour qu'ils raccompagnent le Commandant jusqu'à la sortie. Il n'aimait pas commander aux autres, mais il avait déjà sa petite idée de la marche à suivre pour prendre le Thunderhawk en embuscade ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://world-of-noerphilie.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attend le réapprovisionnement ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En attend le réapprovisionnement ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La beauté n'attend pas... [2 filles recquises]
» présentation Nuage d'orage tout fini !!! J'attend le temp qu'il faudrat pour qu'elle soit validé
» Le futur n'attend pas...
» Bah alors, on attend pas Patrick ? • Skandar
» PEARL ≈ Mais j'attend un être charmeur, mon marin riche et sans peur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Noerphilie :: Hémisphère Nord-Ouest ~ :: Cumulus :: » Les alentours :: Aire d'atterrissage-
Sauter vers: