World of Noerphilie

[Staff: Forum Fermé.] Les croisades font rage ... [Staff: Forum Fermé.]
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elyana Eldens

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
26/50  (26/50)
Généralités:

MessageSujet: Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]   Ven 6 Aoû - 19:00

Odiame, la fierté des templiers… Telle était sa réputation, une de celles qui provoquaient l’hilarité de n’importe quel brigand s’approchant de ces terres. Gloire, jeux, fêtes, richesse, plaisirs, tout un parfum de luxe et de belle vie qui émanait de cette île dite « sainte ». Ainsi, même ces pieux croyants d’une religion plus que douteuse s’adonnaient aux joies d’une existence mouvementée par l’alcool et l’appât du gain. Rien qu’à cette pensée, Elyana en mourait littéralement de rire, s’interrogeant des fois sur la différence qu’il y avait entre eux, pirates des océans, et ces religieux avides de fortune. S’il y en avait bien une, il s’agissait sans aucun doute de la pratique spirituelle. Mais ils n’étaient pas les seuls sots sur Noerphilie d’après la jeune femme…

Les rebelles ne faisaient pas exception à la règle. Des hommes se battant pour la « libération des esprits », provoquant mort et sang sur leur passage. Ils croyaient sûrement bien faire, et elle ne les en voulait pas pour cela. Toutefois, ils ne faisaient que s’abaisser au rang de leur ennemi, ne tirant aucun prestige de cette guerre sans queue ni tête. Des idiots assoiffés de sang et de revanche qui utilisaient un prétexte pitoyable, une simple excuse pour ôter la vie sur un champs de bataille. Oui, des trois « camps » présents sur ce monde, ils étaient tous deux sans conteste les plus arriérés de cette ère. De simples niais profitant de la rage du camp adverse pour provoquer un affrontement incessant et perdre des vies inutilement. Neutre cette petite Egnalém? Entièrement. Elle refusait de prendre part à ces jeux d’enfants cruels, se contentant amplement de sa vie de bohème, libre, forte et sans entraves. En un mot? Maître de son destin.

~ Carguez les basses voiles et coiffez celles de l’avant! Effectuez le mouillage de l’ancre! Nous prenons camp ici.

Les ordres résonnèrent sur le navire et chacun s’attela à sa tâche, mettant le vaisseau « en panne », ou tout simplement l’arrêtant au beau milieu de l’océan. Ils ne se trouvaient pas bien loin des côtes de la ville, mais suffisamment éloignés pour ne pas attirer l’attention et entraîner quelques templiers à leur rencontre. Ce que faisait un équipage de piraterie dans ces environs? Ils effectuaient bien sagement la mission qui leur avait été donnée par un oiseau de mauvaise augure. Cela devait faire à peine quelques jours depuis les festivités données en l’honneur de cet invité peu commun. Et voilà que le voyage touchait à sa fin… Tout du moins, le chemin en mer. À présent, il ne restait à la jeune femme que d’accompagner à Odiame son client, laisser ses hommes acheter de nouvelles vivres, car il était hors de question de pilier les environs faute d’une surveillance trop serrée, et le tour serait joué. Elle repartirait en mer avec une fortune et délaisserait l’oisillon. Un soupir s’échappa de ses lèvres, alors qu’elle descendait sur le pont, sélectionnant les membres de sa famille qui participeraient aux achats.

Elle en sélectionna une dizaine, consciente du poids des courses à faire. Aussi, quand le choix fut fait, elle les ordonna de revêtir leurs « vêtements de civil ». Que croyez-vous… Vêtus de la sorte, ils se feraient repérer en moins de deux, ce qui n’était, bien évidemment, pas le but recherché. Elle-même devrait changer de tenue, au risque d’attirer l’attention avec ses couleurs du moins… criardes. Exaspérée de nouveau en pensant à son absence, elle mit en garde ses hommes, soucieuse de la santé de son bateau adoré. Laisser ces pirates seuls avec un tel navire ne présageait rien de bon, hormis de gros dégâts à venir. Avertissement fait, et ce avec son éternel regard d’assassin et son agréable sourire de psychopathe… de mère attentionnée voulais-je dire, elle reprit un air sérieux et s’excusa auprès de Kellran, l’abandonnant quelques minutes le temps de se changer.

~ Surtout, ne pense même pas à t’envoler sans nous.

Elle le tutoyait à présent? Depuis la fête cela dit. Bref, retournant dans ses quartiers, elle ouvrit ses placards et agrippa l’une de ses tenues les plus sobres. Enfilant en vitesse un pantalon dans les couleurs brun sépia, elle les accompagna de bottes hautes dans les mêmes teintes, un soupçon plus foncées, dont l’extrémité était rabattue et rehaussée d’une fine dorure marquant les traits de la lisière. Pour le haut, elle se contenta d’une chemise blanche semi longue aux manches légèrement bouffantes et s’arrêtant au poignet. Pour palier à ces plis, elle resserra le tissu contre son bras à l’aide de gantelets, sépia eux aussi, munis de sortes de petites ceintures sur le devant, commençant du bas du coude et s’arrêtant au niveau de la paume. Pour une fois, elle laisserait ses doigts à l’air libre. Il ne lui resta plus qu’à se vêtir d’un gilet empruntant sa couleur au bas, le genre de « juste au corps » souvent plus porté par des hommes que des femmes. Heureusement, chaque pièce du haut était taillée en « dos nu », permettant aux ailes de la pirate de passer en toute aisance. Ouvrant un peu le décolleté, car oui, elle ne supportait pas les cols sans ouverture, elle attacha une ficelle noire plus ou moins épaisse à son cou, assez large pour que sa géode s’y accroche, et s’équipa de deux ceintures portant son cimeterre favori, deux revolvers de sa collection et, une fois n’est pas coutume, son poignard.

Il ne lui fallut en tout que trois minutes à peine, revenant par la suite sur le pont, faisant même partie des premiers prêts à embarquer. Alors que ses compagnons préparaient déjà deux embarcations, deux barques tout ce qu’il y avait de plus simple, Elyana secoua ses cheveux et retira la barrette qui les tenait attachés, les laissant descendre en cascade jusqu’au niveau de ses genoux. Elle possédait une crinière d’une taille étonnante, ce pourquoi elle les détachait rarement. Soit. Gardant la barrette entre ses dents, elle retira l’élastique et entreprit de tresser sa longue chevelure pour paraître un peu plus « normale » car, coiffée ainsi, ses mèches perdaient énormément de leur volume. Le tressage fini, elle fut parée juste à temps… La première barque prenait déjà l’eau avec six des pirates tâchés de refaire les provisions. Traînant Kellran jusqu’à l’autre canot, Ely salua le reste de son équipage et entama la descente de leur bateau de fortune. Enfin sur l’étendue d‘azur, ils ramèrent jusqu’à leur destination de malheur…

Durant le trajet, la jeune femme s’occupa à aider les rameurs, ne souhaitant pas penser à ce que lui réserverait sa venue, ou plutôt son retour, sur cette plage maudite. Perdue dans le vague, elle s’efforça de garder un air placide et sérieux, un masque voilant le tourment qu’elle ressentait à l’heure actuelle. Il fallait réellement que ce soit Odiame n’est-ce pas… Au moins, elle pouvait s’estimer chanceuse de ne pas à avoir à visiter le seuil de Pavéral. Le passé était derrière elle, et elle aurait bien compté le laisser pour toujours sur ces terres. Cependant, elle se retrouvait là, à naviguer jusqu’en ces lieux maudits. Et au bout d’une dizaine de minutes, ils atteignirent une partie désertée de la plage, parfait pour une entrée discrète. Amarrant l’embarcation à l’aide d’un pieu en bois et d’une corde, l’un des pirates consentit à veiller sur les deux barques. Rassurée au sujet de leur moyen de retour, elle dispersa ses hommes.

~ Vous connaissez votre rôle. Alors allez-y et ne provoquez aucun grabuge! Je compte sur vous.

Les pirates disparurent en quelques secondes, remontant la pente pour atteindre les marchés animés de la ville. Passant une main sur son visage, elle esquissa un pâle sourire à Kellran, moins préparée que ce qu’elle aurait imaginé à ses retrouvailles avec ses origines . Amorçant la marche, elle se déplaçait tranquillement, presque au ralenti, peu désireuse de s’introduire dans la ville. Guidant son compagnon de route, sans pour autant lui avouer qu’elle connaissait les lieux depuis son enfance, ils s’engouffrèrent dans la cohue d’une rue marchande et se frayèrent un chemin à travers, non sans difficulté. Pourquoi chercher à se masquer dans la foule? Au moins, ainsi, les habitants ne feraient pas attention à eux. Mais bien vite, Elyana se sentit pâlir, alors que le regard de vieilles personnes se posait sur elle. Agrippant violemment le bras de son client, elle l’attira dans une ruelle déserte et s’arrêta brusquement, n’arrivant pas à esquisser le moindre mouvement. Pauvre homme, il devait supporter la crispation de la main de cette femme sur son bras. À force de serrer de la sorte, elle allait finir par lui faire mal.

~ Si je me souviens bien, tu es là pour des amis… Nous ferions mieux de visiter la zone résidentielle alors.

N’attendant pas de réponse de la part de l’oisillon, elle relâcha son emprise et l’entraîna à nouveau dans les rues, préférant passer par les recoins sombres et isolés. Ce que Kellran n’aurait peut-être pas remarqué, à moins d’être un excellent observateur, c’était la légère note tremblante dans la voix de la jeune fille. Même si cela ne se voyait pas en apparence, elle était complètement tétanisée, effrayée en pensant qu’elle croiserait des « connaissances du passé ». Non seulement elle mêlerait l’homme à des histoires impossibles, mais en plus, elle risquait de l’entraver dans ses recherches… Bien sûr, les amis de son ancienne famille savaient pertinemment que les parents Eldens avaient péri d’une balle en pleine poitrine ou dans la gorge. Et sans question, ils devaient savoir que le corps de l’enfant n’avait jamais été retrouvé… Peut-être même soupçonnaient-ils ce « démon » de les avoir tués, ce qui se révélait être exact en soi.

En peu de temps, ils atteignirent les quartiers résidentiels, pour le plus grand soulagement d’Elyana. Mis à part quelques regards de travers, elle n’avait croisé aucune personne connaissant son passé. Enfin, sans compter qu’elle parlait un peu trop vite… Alors qu’un sourire recommençait à apparaître sur ses lèvres, un son mat la surprit et la força à se retourner vers la source du bruit. Et à peine retournée, elle se pétrifia au vu du visage qui l’observait d’un regard terrorisé, les mains dans le vide qui venaient apparemment de laisser tomber leur sac.

~ Tu…

~ Ah… Ahah! Pas mal ces ailes vous ne trouvez pas? Je vais à un bal costumé avec mon ami alors…

~ La fille… des Eldens!

Ni une ni deux, la capitaine attrapa la main de l’Egnalém et entama une course des plus vertigineuses, sans donner la moindre explication sur son comportement absurde. Tout ce qu’elle souhaitait, c’était s’éloigner au plus vite de cet endroit, partir loin et ne jamais revenir, c’était là son seul et unique vœu… Mais il ne fallait pas oublier sa mission. Ils ne s’arrêtèrent que quelques minutes plus tard, plus essoufflés que jamais. La femme lâcha la main qu’elle tenait si fermement et s’adossa contre un mur, se retenant sur ses genoux, tentant de reprendre tant bien que mal son souffle.

~ Dés… solée… Trois secondes… Je respire… et j’arrive…

Elle ne comptait pas lui donner de plus amples informations à priori.
Revenir en haut Aller en bas
Kellran ap Daffith
Faucon des Neiges
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/07/2010
Humeur : Mmmh... rebelle ?

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]   Dim 8 Aoû - 13:41

Odiame...
Kellran regardait au loin les terres s'élevant majestueusement de l'horizon azur, et immanquablement, les bâtiments qui recouvraient ces terres. Un port puissant, des plages de sable fin, paradis des touristes, et des rues commerçantes à perte de vue.
Venant de l'île, un murmure continu assaillait les oreilles de l'Egnalém, murmure d'une activité incessante et épuisante, faite de dialogues, de commerce et de cris de marchés. Les foules avides de bonnes affaires discutaient bruyamment, les marchands négociaient avec entrain, et les gardes de la ville s'égosillaient. En gros, un lieu étouffant et dangereux, où les vols et les meurtres étaient monnaie courante, et où les débauches ne se comptaient plus.
Les ailes du rebelle se hérissèrent comme les poils d'un fauve en colère. Les plumes gonflèrent sous l'effet d'une colère à peine contenue. Kellran s'ébroua et tout redevint normal, heureusement avant que des pirates le voient dans un tel état. Il ne pouvait pas croire que sa soeur habitait cet endroit atroce. Si leur mère avait vu cela, elle aurait défailli tant le choc aurait été grand pour elle.
Ses doigts se crispèrent sur le bois de la rambarde du gaillard avant, et il entendit le matériau craquer sous la pression. Le rebelle n'avait pas encore posé un pied à Odiame, et déjà, il cernait le lieu comme un des pires sanctuaires de luxure et d'avidité. Les Templiers profitaient de cela pour se remplir les poches, et n'hésitaient d'ailleurs pas à profiter aussi d'autres « avantages ». Un rictus carnassier dévoila les dents de l'Egnalém. Sa haine pour les Templiers s'aiguisa un peu plus alors qu'il détournait le regard et descendait vers le pont, où l'équipage s'activait à freiner le navire en vue de l'arrêt définitif.

Il était parfaitement logique que le bateau pirate ne mouille pas au large des côtes d'Odiame, car il serait immédiatement abordé par les Templiers, qui le fouilleraient de fond en comble et captureraient tous ceux qui leur résisteraient. Quand il y pensait, Kellran se disait que les pirates, eux, ne cachaient pas leur amour de l'or et des trésors, contrairement à ces soi-disant croyants avides de richesses et de pouvoir. En réalité, ces tyrans chassaient et tuaient ceux qui les empêcheraient de dominer et de voler, « pour leur religion », comme ils disaient eux-même, les honnêtes gens qui avaient du mal à survivre. Et que dire de leur Sérénissime, leur chef ?
- Ce demi-dieu qui se prend pour un ange, cracha Kellran d'un ton venimeux en aidant quelques pirates. Il se croit invincible et aime trop le pouvoir, c'est un vrai Templier !
Laissant ses compagnons terminer, il rejoignit un autre groupe près des canots et vit Elyana qui leur dictait une liste de courses à effectuer une fois sur terre. Le rebelle lui sourit et la laissa terminer.
Une fois cela fait, elle s'excusa auprès de lui et lui « ordonna » de ne pas s'envoler, ce que l'Egnalém ne comptait pas faire. Pour lui, une parole donnée était une parole tenue, et il ne revenait jamais sur ses promesses. Profitant du départ de la capitaine, Kellran s'isola à son tour et prépara alors son déguisement.
Eh oui, le rebelle était maintenant connu, car il avait dévoilé son grade de rebelle à un Inquisiteur sur Fonteina, et bien qu'il doutait que ce Templier soit arrivé ici, il valait mieux être prudent. Un sourire furtif apparut sur le visage de l'Egnalém alors qu'il repensait à sa future apparence, imaginée lors d'une soirée arrosée, où, il devait bien l'avouer, il n'avait pas eu les idées très claires.
Une large veste donnée généreusement par un des aide-cuistots, un peu épais il fallait bien l'avouer ; un pantalon de toile brune défraichie, et une ceinture de corde allaient lui fournir l'apparence idéale pour passer inaperçu.
Le rebelle disparut dans un coin d'ombre, et réapparut quelques minutes plus tard, méconnaissable. Ses ailes, repliées autour de son corps, dissimulées sous la veste, le rendaient « obèse », ou du moins, très enveloppé. Pour compléter cette impression, il avait enfoncé des boules de coton dans sa bouche pour gonfler ses joues, ce qui lui donnait par la même occasion une voix grave et profonde.
Mais le mieux était sans doute sa coiffure. Il avait rapidement tressé ses cheveux et rassemblé une partie de sa chevelure en une « queue de loup » qui lui retombait sur la nuque.
Le tout lui donnait l'apparence d'un vieux noble un peu bouffi, ce qui le changeait totalement.

Ayant enroulé autour de sa taille sa chaîne, et glissé ses dagues dans la largeur de ses bottes, il avait démonté sa lance et rangé les deux parties dans un long étui qu'il tenait comme un porte-rouleau, sur son épaule. Quant aux gantelets de combat, ils étaient cachés sous les manches de la veste.
Ainsi préparé, il retourna près des canots et vit qu'Elyana s'était elle aussi changé, ce qui n'était pas étonnant en soi. Des individus en tenue de pirates, parcourant les rues d'une ville commerçante pleine de gardes et de Templiers ? C'était le danger assuré. Tous ceux qui allaient descendre à terre s'étaient donc « transformé » en civils pour l'occasion.
La capitaine tressa elle aussi ses cheveux, un spectacle qui ne manqua pas d'étonner l'Egnalém, lorsqu'il vit l'abondante chevelure de feu de la jeune femme. Durant les quelques secondes où ses cheveux furent libérés, elle ressembla à l'océan, une entité immuable et changeante à la fois, impossible à capturer ou à dresser, l'image même de la liberté totale et de la puissance faussement docile. C'était une image, bien entendu, une comparaison de l'esprit, mais sur le coup, cela sembla tellement vrai au rebelle qu'il recula légèrement, comme impressionné.
Secouant la tête, il se sentit soudain tiré vers une des barques par la jeune femme, qui le força à grimper. L'embarcation descendit jusqu'à se poser sur l'eau, où elle flotta au gré du courant.
Les pirates ramèrent et la barque avança vers le rivage, et vers leur destination. Même Elyana prit les rames, ce qui ne manqua pas de faire sourire le rebelle, jusqu'à ce qu'il remarque la mine soucieuse de la jeune femme.
Encore une fois, il se demanda quelle pouvait bien être l'histoire de la pirate, et pourquoi Odiame la mettait-elle dans un état pareil ? Il aurait du faire une petite enquête, mais il doutait d'obtenir des réponses. La majorité de l'équipage semblait, comme lui, étonnée de voir leur capitaine dans un tel état. Seul Sven avait eu une réaction différente, et Sven ne lui dévoilerait sûrement pas le passé de sa protégée.
- Tu le découvriras peut-être plus tard, se murmura pour lui-même l'Egnalém en prenant les rames à son tour.
Ils arrivèrent rapidement sur une plage déserte, où ils laissèrent leur moyen de transport à la garde d'un des pirates. Elyana donna quelques ordres à ceux qui allaient acheter le ravitaillement puis se tourna vers Kellran. Cette peur qu'elle dissimulait brillait dans ses yeux et crispait ses gestes, qui se révélaient moins assurés que d'habitude. Le rebelle jura intérieurement alors qu'ils se mettaient en route. Ce n'était pas un hasard si tous deux avaient une histoire en lien avec Odiame, essayait de se convaincre l'Egnalém alors qu'ils pénétraient, lentement mais sûrement, dans la ville même.
La foule les entoura et les dissimula mieux que n'importe quel déguisement aurait pu le faire, sauf que les deux Egnalém possédaient des ailes qui étaient rarement discrètes. Kellran les avait fait disparaître, mais pas la pirate, qui devait faire attention à ne cogner personne avec ses appendices de chauve-souris. Heureusement pour elle, elle n'était pas recherchée... quoique...
A un moment donné, elle le tira brusquement jusqu'à une ruelle déserte, où elle s'arrêta, en proie à une sorte de crise de panique qui la paralysait. Sa main se serra fortement autour du bras du pauvre rebelle, qui endura sans broncher cette preuve d'effroi.
Elle réussit enfin à parler, conseillant d'aller visiter les quartiers résidentiels, et le lâcha. Malgré une voix en apparence calme, elle n'avait pu cacher une très infime note tremblante. Kellran ne releva pas, et se contenta de suivre à nouveau la pirate. Il savait pertinemment qu'il ne trouverait pas celle qu'il cherchait dans les quartiers résidentiels, pas à cette heure-ci du moins, mais il se tut et marcha, décelant chez la capitaine très peu d'hésitation quant au chemin à suivre. Le rebelle était perdu dans toutes ces rues, seul, il n'aurait jamais pu trouver sa route, mais la démone, elle, semblait savoir où aller. Une énigme de plus, qui devait avoir un lien avec la peur de la jeune femme.

Pouf. Un léger bruissement fit se retourner le rebelle. Un homme se tenait derrière eux, et apparemment, il venait de faire tomber son sac. Pourquoi ? Car il regardait avec horreur la compagne de l'Egnalém, et bégayait des mots incompréhensibles. Elyana suivit, bredouillant une excuse concernant un bal costumé. Croyait-elle vraiment pouvoir faire croire cela à quiconque ?
L'homme s'exclama alors, citant le nom de la jeune femme qui, ni une ni deux, attrapa le pauvre rebelle perdu et s'enfuit. Le mystère continuait de s'épaissir, et après de longues minutes de course, les deux s'arrêtèrent pour reprendre leur souffle. Aucune explication ne survint, ce que le rebelle trouva un peu énervant, mais il n'insista pas, préférant patienter. Il laissa le temps à la demoiselle de respirer, et surveilla les alentours pour vérifier que personne ne les avait suivis.
Une grimace tordit ses traits, cette histoire risquait de se révéler plus compliquée que prévu. Il allait falloir qu'il tire cela au clair, sinon il se retrouverait embarqué dans un chaos monumental.
Point positif, au moins, il avaient couru en direction des quartiers résidentiels, et se trouvaient maintenant sur une rue dégagée où, enfin, Kellran vit ce qu'il cherchait. Au loin, un clocher se découpait au dessus des toits innombrables. Les yeux ambrés du rebelle se voilèrent l'espace d'un instant, et pétillèrent ensuite avec plus d'ardeur. La fin de sa quête approchait à grands pas.

Une fois qu'Elyana eut repris son souffle, Kellran prit la tête de « l'expédition ». Il foula d'un pas souple et impatient les pavés de la rue, et semblait animé d'une énergie inépuisable. La large veste flottait sur lui, alors qu'il courait presque. Il vérifiait de temps à autres que sa compagne suivait, mais son esprit restait fixé sur son objectif : le clocher, et sur celle qui l'attendait à l'intérieur du bâtiment. L'étrange histoire d'Elyana avait été reléguée au second plan dans sa tête, les mystérieuses réactions des habitants d'Odiame ne le préoccupaient plus. Au fin fond de son esprit, une voix chantait doucement la rencontre qui s'annonçait, une rencontre attendue depuis plus d'un demi-siècle. Mais Kellran ne l'entendait pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Elyana Eldens

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 16/07/2010

Feuille de personnage
Niveau:
26/50  (26/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]   Dim 22 Aoû - 22:25

Quelle sotte… La jeune femme se l’accordait, et sûrement pas avec le sourire.. Elle n’avait donc rien trouvé de mieux que de prendre la poudre d’escampette et de plonger son client dans la confusion totale? Belle preuve de finesse. Et, par-dessus le marché, aucune parole ne semblait vouloir sortir de sa gorge pour expliquer, ou du moins clarifier, son comportement soudain. Soupirant devant sa propre faiblesse, elle secoua vivement la tête, histoire de se remettre d’aplomb, et releva le museau, observant Kellran qui l’attendait depuis un court moment. À cette vue, elle plaqua violemment sa main sur sa bouche, retenant tant bien que mal une crise subite de fou rire. La pirate avait été si préoccupée et rongée par l’angoisse qu’elle n’avait pas pris le temps de détailler le déguisement de son compagnon… Travail qui aurait été, sans nul doute, jalousé de tous les espions de la contrée.

Méconnaissable? À un tel point que la pauvre s’interrogea sur l’identité de cet homme qui l’accompagnait. Aurait-elle eu le malheur d’agripper un passager dans la foulée par inadvertance? Un semblant de vieux bourgeois bon vivant qui plus est. Heureusement, les iris peu communes de l’Egnalém, d’une couleur ambrée à en faire pâlir ses trésors, l’aidèrent à comprendre qu’il s’agissait en effet du même oiseau qui avait si gentiment ridiculisé deux de ses hommes… À présent qu’elle y prêtait un peu plus attention, le regard de cet oisillon avait de quoi susciter l’admiration et de vous forcer à le contempler, plantée comme une vulgaire plante en recherche d’un infime rayon de soleil. Chassant bien assez tôt ces idées de sa tête, Elyana se remit sur ses jambes et, alors qu’elle s’apprêtait à s’excuser pour cette folle course, le jeune homme reprit le flambeau et se déplaça vivement le long des pavés, prenant la tête de la recherche.

La capitaine ne perdit pas de temps et le suivit promptement, pestant intérieurement contre sa « petite » taille… Pourquoi donc s’exciter sur un détail si insignifiant? Eh bien, le jeune homme, perdu dans on ne sait quelle pensée, ne semblait pas réaliser à quel point il faisait souffrir la pauvre femme à force de marcher comme un dératé, car oui, il ne courrait pas à priori… Elle qui ne possédait pas des jambes aussi longues que celles de son homologue, elle était contrainte de s’adonner au marathon pour ne pas le perdre de vue. Si elle avait su qu’elle finirait par courir toute la sainte journée, elle se serait contentée d’assommer le passant de tout à l’heure au lieu de s’enfuir… Mais soit, la pirate jugea bon de se taire et d’accepter cette « punition »… Après tout, elle l’avait emmené de force dans les quartiers résidentiels, sans lui demander son avis, ni supposer que, peut-être, connaissait-il le lieu de rencontre.

En faisant référence à ce dernier détail, la fille hésita quelques secondes entre deux souffles, puis abandonna sa quête de vérité. Même si elle s’était aventurée à poser des questions à son client, elle n’aurait probablement obtenu pour réponse qu’un vent magistral en pleine figure. Il semblait ailleurs, et le fait qu’il n’ait encore bousculé personne relevait du miracle. Soupirant intérieurement, elle leva les yeux au ciel, tentant de déceler le moindre indice sur leur destination actuelle. Et bien sûr, cela ne lui plut en aucun cas… Un clocher se dessinait faiblement au loin, indiquant donc l’emplacement d’un temple à proximité. Et à bien examiner Kellran, le jeune homme se dirigeait justement vers ce bâtiment. Un frisson parcourut son dos, mais elle n’y prêta guère attention. Qu’avait-elle dit sur les templiers tout à l’heure? Ah oui, elle allait s’amuser, sans aucun doute…

Commençant légèrement à se sentir coupable, sans compter que ce silence pesant n’aidait en rien sa conscience, Elyana prit son courage à deux mains et rattrapa l’Egnalém, courant à ses côtés. Il fallait au moins qu’elle s’excuse de l’avoir entraîné de force dans ces quartiers. Toutefois, il ne s’arrêta pas pour autant. Décidant finalement de s’imposer par la force, elle se glissa en avant et lui barra la route, les bras grand ouverts vers les cieux. Qu’il rugisse de colère si cela lui chantait, cela n’était pas sa priorité pour le moment. Prenant une profonde inspiration, elle balbutia quelques mots avant de se faire clairement entendre.

~ Euhm… Pardon pour tout à l’heure. En fait…

Elle s’arrêta brusquement, fixant ses yeux améthyste sur les pavés de la ruelle. Et quoi maintenant? Elle n’allait tout de même pas lui avouer les raisons de sa fuite, ni comment et pourquoi cette personne connaissait son nom de famille. Elle ne souhaitait pas révéler ne serait-ce qu’un mot concernant son ancienne vie, et lui non plus ne devait pas être intéressé par des détails futiles qui échappaient à leur contrat. Cependant, elle lui devait tout de même une explication, ou du moins quelque chose à quoi se raccrocher. Soupirant, elle ouvrit sa bouche, prête à lui lancer une quelconque excuse, mais fut prestement interrompu par une voix qui les ordonna de ne pas esquisser le moindre geste. Curieuse de découvrir l’identité de cet impudent, Elyana se décala et scruta les horizons qu’ils venaient à peine de franchir. Quelle ne fut pas sa surprise en apercevant une dizaine de gardes postés à quelques pas de leur emplacement. Tiens, que venaient donc faire ces hommes à leur rencontre?

~ Nous avons reçu l’ordre de vous arrêter.

Heureusement, la jeune femme savait faire preuve de sérieux quand la situation s’y prêtait. Le cas échéance, elle se serait sûrement écroulée de rire, à se tenir le ventre plié par la douleur… Ce qui, avouons-le, n’était pas forcément la meilleure manière de se sortir des griffes de gardes interrompus dans leur petite fête… Soit. Elle se contenta d’un visage neutre et s’adressa finalement à ses interlocuteurs, les interrogeant poliment sur le crime qui pesait sur leurs épaules. Elle reçut une réponse des plus inattendues.

~ Nous vous arrêtons pour meurtre.

… Alors là, la jeune femme laissa s’échapper une mine surprise. À ce qu’elle se remémorait, ni elle, ni Kellran n’avaient tué un passant durant leur "promenade" le long des rues d'Odiame. Et les pirates n’auraient jamais osé désobéir à leur capitaine adorée… Bon, peut-être, mais jamais n’auraient-ils prononcé le nom de leur chef, et encore moins décrit la demoiselle. Échangeant un bref regard avec son compagnon de route, elle cogita quelques secondes, le temps que l’image de l’habitant de tout à l’heure ne lui traverse l’esprit. Il avait du alerter les autorités et énoncer ses doutes sur le cas de la famille Eldens. Il ne manquait plus que ça…

~ Navrée de vous contredire, mais nous n’avons commis aucun crime. De plus, nous ne sommes pas tachés de sang, ce qui fait que vous n’avez aucune preuve pour nous accuser à tort.

Le regard de travers de la brigade lui fit vite comprendre qu’ils pointaient les armes de la jeune femme. Mais là de nouveau, cela n’était pas suffisant pour les mettre derrière les barreaux… Sans oublier que la sécurité avait tendance à agir comme bon lui semblait. Soupirant, elle tenta bien de se débarrasser d’eux par la négociation, mais rien n’y faisait. Et l’impatience commençait à se faire sentir. Aussi la pirate prononça ses derniers mots, demandant à ces hommes si charmants la description de leurs coupables.

~ Un vieil homme en surpoids… et une démone à la crinière rousse.

La première partie de la phrase eut le mérite de faire esquisser à sourire sur les lèvres de l’Egnalém. Quand à la fin de ces dires, elle la reçut comme une claque retentissante, à un tel point qu‘elle vacilla faiblement et manqua de peu de s’écrouler sur le coup. Encore et toujours cet idéal du bien et du mal… Et évidemment, elle faisait partie du côté négatif de ces préjugés. Les années avaient passé pour elle, mais ce surnom restait gravé et ne s’effaçait pas. Soupirant, elle haussa les épaules et observa ses futurs adversaires d’un regard légèrement teinté de déception.

~ Eh bien… Il ne nous reste qu’une seule option n‘est-ce pas? L’oiseau, je te laisse la moitié.

Alors qu’elle dégainait lentement son cimeterre, un fin murmure s’échappa de ses lèvres, ordonnant à Kellran de ne tuer personne. Les rendre hors d’état de nuire en les assommant était largement suffisant. Elle refusait catégoriquement d’assister à un bain de sang, ou pire, d’y prendre part. Si le jeune homme se sentait d’humeur assassine, il n’aurait qu’à se contenir. Le cas contraire, il se confronterait à un problème de plus grande ampleur… Rageant silencieusement, elle s’efforça de se concentrer et de ne pas penser à ce combat inutile… Après tout, elle ne se sentait pas l’envie de croiser le fer avec des niais pareils, et ce, sans récompense qui plus est! Il y avait intérêt à ce que cette mission lui rapporte gros car, oui, elle était pirate avant tout.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kellran ap Daffith
Faucon des Neiges
avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 12/07/2010
Humeur : Mmmh... rebelle ?

Feuille de personnage
Niveau:
29/50  (29/50)
Généralités:

MessageSujet: Re: Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]   Mer 25 Aoû - 21:18

L'impatience de l'Egnalém croissait à chaque pas le rapprochant du temple, et de sa soeur. Son sang bouillait dans ses veines, son esprit brûlait, même ses yeux le picotaient dès qu'il détournait le regard de sa destination finale. C'était un appel irrésistible, un chant de sirène qui le tirait en avant, sans qu'il se préoccupe de quoi que ce soit hormis le combat qui se profilait. Car oui, il allait y avoir des combats, et sans nul doute du sang versé. Kellran ne pourrait pas récupérer sa soeur aussi facilement. La rue qui menait au temple montait en pente douce, et était divisée en deux parties par un caniveau qui courait sur des mètres et des mètres pour se jeter dans la mer. Système efficace et propre qui évitait les inondations dues aux tempêtes, et qui nettoyait du même coup les rues.
Les pavés avaient été lissés par des années et des années de pluies et de pieds foulant ces chemins. Le rebelle ne pouvait pas nier l'intelligence des concepteurs et des architectes, et le travail minutieux des ouvriers qui avaient bâti Odiame. Mais il avait autre chose à penser pour le moment.

Elyana, quant à elle, ne semblait pas du même avis, car elle se posta devant lui et le força à s'arrêter. Elle semblait gênée, et à la fois affirmait sa position en levant les bras au ciel. Oui, la demoiselle avait décidé de couper court à la « visite » et de discuter avec son client. De quoi ? Eh bien, de l'étrange réaction du passant de tout à l'heure, sans aucun doute.
Elle s'excusa d'ailleurs, et s'apprêtait peut-être à expliquer le pourquoi du comment, mais d'autres « visiteurs » s'intégrèrent à la conversation. Et pas des visiteurs très agréables d'ailleurs.
Des gardes bloquaient la rue devant eux et semblaient menaçants. L'un d'eux, leur chef, marmonna alors, d'une voix qu'il voulait autoritaire, que le rebelle et sa compagne étaient en état d'arrestation.
Vraiment ? Pensa Kellran en dissimulant sa contrariété derrière un masque d'étonnement poli. Il aurait aussi bien pu secouer la tête et décapiter d'un geste la tête de l'importun, mais cela n'aurait servi qu'à attirer l'attention sur eux. Elyana semblait avoir tiré les mêmes conclusions, car elle demanda d'une voix neutre le pourquoi de leur arrestation. La réponse fut des plus incongrues.
- Pour meurtre ? S'exclama Kellran d'une voix minaudante, digne des roturiers habitués à faire de la lèche à leurs clients importants pour obtenir des contrats juteux.
Il devait bien avouer que cela l'étonnait réellement. Ils n'avaient tué personne depuis qu'ils étaient ici, et personne n'avait pu reconnaître le rebelle derrière son déguisement, à moins de posséder des talents pour lire dans les esprits. Instinctivement, son regard se tourna vers la pirate, qui était aussi surprise que lui. Bien sûr, un de ses hommes avait pu commettre un meurtre, mais Kellran doutait que ce même homme aurait dénoncé Elyana. Durant les jours qu'il avait passés sur le bateau, l'Egnalém avait pu admirer la loyauté sans faille que les pirates exprimaient à l'égard de leur capitaine. Et celle-ci, sous ses airs de tyran impitoyable, aurait donné sa vie pour chacun d'eux, Kellran en était certain. C'était d'ailleurs pour cela qu'il s'attachait à cet équipage étonnant, même s'il aurait préféré ne pas les apprécier. C'aurait été plus facile pour lui de les quitter ensuite...
Ce n'était pas le moment de penser aux adieux ! Se reprocha l'Egnalém en revenant au présent. Il afficha un air niais, jouant à la perfection son rôle de marchand soumis et effrayé, alors qu'en réalité il surveillait avec attention les gardes, épiant leurs gestes, cherchant le moindre signe de danger. Les équipements des gardes étaient de bonne qualité, mais peu évolués. Leurs armures étaient forgées dans un fer de solidité moyenne, et ils portaient des épées ou des lances, ainsi que des boucliers. Seuls cinq soldats avaient un arc en bandoulière, et les empennages de dizaines de flèches dépassaient de leur épaule droite, ce qui signifiait qu'ils étaient tous droitiers.
Les passants s'éloignaient largement de leur petit groupe. La plupart s'arrêtaient même et faisaient demi-tour, ou bien prenaient la première rue perpendiculaire pour éviter de s'approcher des gardes. Personne ne voulait avoir d'ennuis, dans cette ville, et c'était normal. Les templiers et leurs exécutants n'étaient pas réputés pour leur pitié ou leur douceur.

Elyana essayait de négocier, de polémiquer, affirmait son innocence mais rien n'y faisait. Les gardes insistants se rapprochaient, et devenaient de plus en plus menaçants. Ils surveillaient les armes de leurs « prisonniers », autrement dit le cimeterre et les pistolets de la pirate, et... le rouleau du roturier si apeuré. Ce n'était pourtant pas la description qui avait été faite, semblait-il.
- Vieil homme en surpoids ? S'écria Kellran d'une voix de fausset.
Près de lui, Elyana avait bien failli rire jusqu'à ce qu'elle même fut décrire comme une démone à la crinière rousse. Une nouvelle fois, cette histoire de superstitions religieuses revenait au devant de la scène, exaspérant le rebelle au plus haut point. Que fallait-il de plus pour prouver les méfaits de la religion et des croyances ? Un sourire rageur apparut sur le visage de l'Egnalém, qui s'approcha du chef des gardes et lui asséna une belle claque à l'arrière du crâne, faisant résonner son casque comme une vieille casserole. Kellran prit un air de vieux bonhomme outré et s'exclama :
- Vous devriez respecter vos aînés, au lieu d'insulter ainsi d'honnêtes travailleurs !
Le rebelle se serait amusé si les conditions avaient été différentes... bon, d'accord, il s'amusait un peu, mais l'exaspération et l'impatience étaient les plus fortes. Il fallait en terminer au plus vite, et lorsque Elyana dégaina son cimeterre, un combat s'annonçait. Un combat qui ne devait pas devenir une tuerie, vu que la pirate exigeait de ne tuer personne. En temps normal, Kellran se serait insurgé de telles conditions. La guerre exigeait du sang, toute lutte exigeait du sang. Mais pour une fois, il dut convenir qu'elle avait raison. Il fallait éviter les ennuis.
Ou, tout du moins, éviter les effusions de sang, jusqu'à ce qu'ils soient arrivés au temple, se promit Kellran avec un nouveau sourire. Il savait exactement quoi faire !
Une petite foule de badauds s'était amassée à quelques mètres, regardant avec crainte et curiosité les armes d'Elyana, et les gardes qui s'approchaient. Ils devaient attendre le combat et la capture des deux pauvres victimes, ensuite de quoi ils en parleraient à leurs amis, et ainsi de suite jusqu'à ce que la nouvelle fasse le tour de la ville, comme il était d'habitude dans une grande cité. Parfait !
L'Egnalém augmenta encore le ton, insultant, invectivant les soldats qui s'énervaient, jusqu'à ce qu'un regard bien différent vienne faire briller ses yeux d'ambre. C'était un regard menaçant, chargé de promesses de mort et de douleur, le regard d'un être qui haïssait les Templiers et leurs esclaves.
- Et vous devriez éviter de vous fier aux apparences, c'est trompeur !
La veste du « roturier » s'envola, dévoilant une paire d'ailes qui brillaient comme deux soleils blancs. Une bourrasque souffla un nuage de poussière et d'air marin au visage des gardes, tandis qu'un sifflement assourdissant meurtrissait leurs oreilles. Kellran entoura de ses bras le ventre de sa compagne, et sans lui laisser le temps de s'exclamer, décolla et passa au dessus des têtes des spectateurs éberlués. Elyana voulait éviter les tueries ? Elle était servie !
Ils volèrent ainsi durant une minute, puis Kellran atterrit dans l'ombre d'une ruelle et replia ses ailes, bien qu'il n'ait plus de veste pour les cacher.
Il souffla et, avec un sourire, lâcha :
- Finalement, le baptême de l'air aura servi, hein ?
Les alentours étaient déserts et silencieux. Le temple n'était plus qu'à quelques pas, l'Egnalém voyait la porte de bois, haute comme deux hommes, et les fenêtres en ogive. Nul garde pour surveiller, et nul Templier dans les parages. Ce n'était pas une raison pour traîner, s'admonesta le rebelle en bougeant de nouveau. Tenant par la main la pirate, dans un geste inconscient, il avança et traversa les derniers mètres qui le séparaient de sa destination, son cœur prêt à lâcher à tout moment, tant l'impatience et la peur de l'inconnu tenaillaient ses entrailles. Elyana dut sentir la main du rebelle trembler l'espace d'un instant, alors que les doigts de l'Egnalém se refermaient sur la poignée en fer de la porte.
Les battants s'ouvrirent avec un grincement sinistre, et dévoilèrent un hall plongé dans l'obscurité.

Kellran s'avança dans le rayon de lumière qui filtrait au travers de l'ouverture. Ses ailes s'ouvraient et se refermaient derrière lui au rythme de ses pas, et son regard brillait d'une lueur inconnue. Le temps leur était compté, et pourtant le rebelle se sentait incapable de courir. Quelque chose dans cet endroit l'empêchait de réfléchir clairement, alourdissait ses membres et son esprit, le rendant flasque, presque larvesque. Il jeta un regard à sa compagne, se demandant si elle aussi ressentait cela. C'est alors qu'un bruit de pas retentit. Au son, l'Egnalém comprit qu'il s'agissait d'une femme, adulte sans doute, et légère. Puis une odeur se mêla au son, un parfum que Kellran aurait reconnu entre mille.
- Kanone...
La prêtresse apparut dans la lumière et sourit aux deux intrus. Son sourire irradiait la bonté, la bienveillance, la douceur ; c'était un sourire qui vous réchauffait jusqu'à l'âme, vous rassurait et vous confortait. Les cheveux de Kanone étaient d'un blanc immaculé, un blanc pur et brillant. Contrairement à la chevelure de Kellran, qui était si blanche qu'elle en était presque bleue.
La prêtresse avait tressé ses cheveux en longues nattes qui s'entrecroisaient, et dans lesquelles des fleurs fraîches avaient été piquées. Elle avait toujours la peau lisse et douce de sa jeunesse, et un regard incroyable qui figeait sur place n'importe quel homme. Et, effectivement, Kellran était paralysé, incapable de bouger ou de parler. Lui qui maîtrisais si bien ses émotions, on pouvait cette fois lire en lui comme dans un livre ouvert. Des sentiments contradictoires, si forts qu'ils le faisaient trembler, se bousculaient aux portes de son esprit, et faisaient briller ses yeux. On y lisait un bonheur infini, et pourtant de la tristesse aussi. Des étincelles de colère pétillaient au fond de ses iris, voilant un incommensurable désir de pardon.
Après plusieurs minutes de silence complet, Kellran arriva enfin à faire un pas, et sa main se tendit, comme s'il implorait.
- Ma soeur... je suis venu te chercher.
Si Elyana avait imaginé une histoire quelconque entre la prêtresse et son client, elle devait déchanter maintenant qu'elle savait qui était Kanone. Cette dernière ne dit rien, et se contenta de sourire, mais son sourire était triste et faible. Un bruit métallique courut le long des murs, résonnant aux oreilles de l'Egnalém. C'était le bruit de bottes en métal foulant un sol de pierre. Deux rangées de Templiers surgirent des ombres du temple et encerclèrent les deux intrus, leurs armes pointées vers eux, en posture de défense. Au fond du hall, dissimulé dans les ténèbres, se trouvait l'espace de la nef, qui s'éclaira lorsque des dizaines de lanternes, de torches et de chandelles s'allumèrent vivement, illuminant cinq autres Templiers, dont l'un portait une armure richement décorée d'or et d'améthyste. Leurs capes tombaient de leurs épaules jusqu'au sol, et leur donnaient un air puissant, presque royal. Le rebelle reconnut immédiatement le guerrier à l'armure d'améthyste. Malgré les années, malgré l'ancienneté des souvenirs, son visage était resté le même que dans son esprit.
Ce Templier était celui qui avait emmené Kanone avec lui, lors de cette nuit maudite près de l'oasis, dans le désert de Fonteina. La soeur de Kellran recula et vint s'arrêter à la gauche du Templier qui lui posa une main sur l'épaule.
- Tu ne comprends donc pas, renégat ? Ta soeur a prêté serment de servir les Dieux, et elle est tenue à accomplir ce serment. Jamais tu ne pourras l'emmener, et jamais vous ne vous reverrez.
Un sourire cruel apparut sur le visage du Templier, alors qu'il dégainait son épée.
- Ta capture me vaudra des compliments, rebelle. Et d'ici quelques jours, ton corps se balancera au bout d'une corde.
Les serviteurs des Dieux, plus d'une dizaine, chargèrent alors Kellran et Elyana. L'Egnalém ne bougeait plus. Sa volonté était brisée par ce qu'il venait de voir, et tout désir de lutter semblait éteint en lui. Il tourna la tête, croisa le regard d'Elyana l'espace d'un moment. Et le regard du rebelle n'était plus qu'un vide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pertes et retrouvailles [Pv: Kellran]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World of Noerphilie :: Hémisphère Nord-Est ~ :: Odiame :: » Zone résidentielle :: Les Rues-
Sauter vers: